Coronavirus : Édouard Philippe souhaite un débat parlementaire sur le traçage numérique

La mise en place d'une application de traçage numérique permettant d'alerter les personnes ayant croisé une personne malade du coronavirus suscite des oppositions. Le Premier ministre souhaite un débat parlementaire sur le sujet.

Le Premier ministre Edouard Philippe à l\'Assemblée nationale, le 31 mars 2020.
Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée nationale, le 31 mars 2020. (YOAN VALAT / AFP)

Édouard Philippe souhaite l’organisation d’un débat parlementaire sur le traçage numérique, apprend vendredi 10 avril franceinfo.

Cette décision a été prise à l'issue d’une visioconférence, le 10 aveil, entre le Premier ministre, les présidents des différents groupes parlementaires ainsi que les présidents de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, et du Sénat, Gérard Larcher.

Dans la lutte contre le coronavirus, le gouvernement français travaille sur une application mobile de traçage numérique, baptisée Stop Covid. Elle doit permettre d'"identifier les chaînes de transmission" sur "la base du volontariat" et ainsi retracer grâce à la technologie bluetooth les déplacements des personnes malades du Covid-19. Ceci afin de sortir plus rapidement du confinement. 

"Beaucoup d'interrogations"

Le Premier ministre souhaite ce débat parlementaire même si la mise en place de l'application de tracking Stop Covid, dans le cadre de l'épidémie de coronavirus, ne nécessite pas de loi, car le sujet du traçage numérique n’est "pas neutre dans l'opinion, suscite beaucoup d'interrogations alors qu’il y a un besoin d'union nationale pour la sortie du confinement", explique l’entourage d’Édouard Philippe.

Jeudi, sur France Inter, le secrétaire d'État au Numérique Cédric O laissait entendre que cette application pourrait être finalisée d'ici trois à six semaines. Une quinzaine de députés, essentiellement issus des rangs de la majorité, ont fait part de leur "dilemme moral" à propos de cette application au regard de la protection des données personnelles de la population, expliquant avoir "besoin d’un dépistage massif, pas d’un pistage massif", dans une tribune publiée dans Le Figaro mercredi. 

Toujours sur le tracking, Matignon précise qu'une harmonisation au niveau européen est souhaitable, car elle renforcerait l'efficacité (régions frontalières, travailleurs frontaliers notamment).