Coronavirus : ces cartes montrent une chute spectaculaire de la pollution en Chine

L'agence spatiale note que l'importante baisse des taux de dioxyde d'azote correspond au calendrier des mesures de restriction d'activités prises en raison du coronavirus.

Carte créée par la Nasa à partir des données du satellite Sentinel-5 de l\'ESA montrant les concentrations en dioxyde d\'azote en Chine, en janvier et février 2020.
Carte créée par la Nasa à partir des données du satellite Sentinel-5 de l'ESA montrant les concentrations en dioxyde d'azote en Chine, en janvier et février 2020. (ESA / NASA)

"C'est la première fois que je vois une chute aussi spectaculaire sur une zone aussi grande, liée à un événement particulier", affirme une chercheuse de la Nasa. Dans un communiqué, Fei Liu, qui travaille au service consacré à la qualité de l'air au Goddard Space Flight Center de l'agence spatiale américaine, commente des images montrant une baisse très importante de la pollution en Chine, pays touché de plein fouet par le coronavirus Covid-19. 

Avec l'aide des données récoltées par le satellite Sentinel-5 de l'Agence spatiale européenne, l'observatoire de la Terre de la Nasa (en anglais) a analysé les niveaux de dioxyde d'azote, un gaz polluant émis notamment par les véhicules et les activités industrielles, en les comparant sur deux périodes : du 1er au 10 janvier, et du 10 au 25 février. Il en ressort que ces taux ont considérablement chuté, comme le montre cette carte, notamment dans les régions de Pékin, du Hebei, de Shanghai, de Hong Kong, de Chongqing et de Chengdu.

Carte créée par la Nasa à partir des données du satellite Sentinel-5 de l\'ESA montrant les concentrations en dioxyde d\'azote en Chine, en janvier et février 2020.
Carte créée par la Nasa à partir des données du satellite Sentinel-5 de l'ESA montrant les concentrations en dioxyde d'azote en Chine, en janvier et février 2020. (ESA / NASA)

L'agence spatiale note que la chute de ces taux en dioxyde d'azote correspond au calendrier des mesures de restriction prises dans les transports ou dans les entreprises, ainsi que la multiplication de placements en quarantaine.

La Nasa s'est également penchée sur la qualité de l'air dans la ville de Wuhan, berceau de l'épidémie, en la comparant avec les mêmes périodes l'an dernier. Du 10 au 25 février 2020, la Nasa a relevé des valeurs inférieures à 125 µmol/m2, alors qu'elles dépassaient 500 µmol/m2 un an auparavant.

Pollution au dioxyde d\'azote dans la région de Wuhan (Chine), en janvier-février 2019 et janvier-février 2020.
Pollution au dioxyde d'azote dans la région de Wuhan (Chine), en janvier-février 2019 et janvier-février 2020. (ESA)