Coronavirus : des escrocs tentent de vendre des médicaments sur internet

La crise du Covid-19 n’empêche pas les escrocs d'agir. Les arnaques aux faux virements bancaires n'ont pas cessé, mais leur cible a changé.

France 3

C'est une enquêtrice de la gendarmerie de Strasbourg (Bas-Rhin) qui a flairé l'arnaque. Une dizaine de sites de vente de chloroquine ont soudain émergé sur internet. "Quand on tape 'acheter chloroquine pas chère', on s’aperçoit qu'il y a une recrudescence de sites qui en proposent à la vente", affirme l’enquêtrice qui souhaite rester anonyme. Près de 70 sites de vente mais aussi des pages d'entreprises sont piratées et renvoient à des plateformes de vente illégale de médicaments hébergées à l'étranger.

Des milliers de victimes potentielles

Les malfaiteurs ont utilisé des techniques de référencement redoutables. "Ils sont vraiment très forts pour s'indexer au maximum. On remarque qu'ils sont prêts à tout pour toucher un maximum de victimes", précise l’enquêtrice. Les gendarmes ont relevé des dizaines de milliers de connexions, soit des milliers de victimes potentielles. Même si elle est illégale, la demande existe. Les criminels en profitent. Par ailleurs, alors que les vacances de Pâques débutent vendredi 3 avril, le ministère de l'Intérieur a annoncé un renforcement des contrôles afin que les Français restent chez eux, pour lutter contre la propagation du Covid-19.

Le JT
Les autres sujets du JT
La crise du Covid-19 n’empêche pas les escrocs d\'agir. Les arnaques aux faux virements bancaires n\'ont pas cessé, mais leur cible a changé.
La crise du Covid-19 n’empêche pas les escrocs d'agir. Les arnaques aux faux virements bancaires n'ont pas cessé, mais leur cible a changé. (France 3)