Coronavirus : d'inutile à obligatoire, la saga du port du masque

L'annonce majeure du discours d'Emmanuel Macron, mardi 14 juillet, est le port du masque obligatoire, le 1er août, dans tous les lieux publics fermés.

FRANCEINFO

Le gouvernement a beaucoup tergiversé sur le masque face à la pandémie de coronavirus. D'abord, le masque a été jugé inutile. "L'usage du masque n'est pas recommandé et pas utile", avait assuré le ministre de la Santé Olivier Véran le 6 mars. "Le masque est une technique. C'est réservé à des soignants", avait affirmé Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé le 19 mars.

Volte-face

Un mois plus tard, le masque devient facultatif. Il n'est plus réservé aux soignants et aux malades. "Nous encourageons le grand public s'il le souhaite à porter des masques", conseillait Jérôme Salomon le 22 avril. Le gouvernement avait décidé de suivre les recommandations de l'Académie nationale de médecine.

En mai, après le confinement, le port du masque devient obligatoire dans les transports en commun. Une obligation qui va s'étendre aux lieux publics clos le 1er août. Certains ont accusé le gouvernement d'avoir minimisé le port du masque à cause d'une pénurie. L'exécutif assure avoir toujours suivi l'avis des scientifiques.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des masques dans une usine du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), le 14 mai 2020.
Des masques dans une usine du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), le 14 mai 2020. (BERTRAND GUAY / AFP)