Coronavirus : comment Bill Gates est devenu la cible favorite des complotistes, des antivaccins et de l'extrême droite

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 9 min.
Bill Gates, le 6 novembre 2019, lors d'une conférence à New York (Etats-Unis). (MICHAEL COHEN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Des intox accusent le milliardaire et philanthrope américain d'avoir prévu la pandémie, voire d'avoir créé le virus, et de vouloir en profiter pour imposer la vaccination, afin de dépeupler la Terre ou d'orchestrer une surveillance de masse à l'aide de puces implantées via le vaccin. 

"Si quelque chose tue plus de dix millions de personnes dans les prochaines décennies, ce sera probablement un virus hautement contagieux plutôt qu'une guerre", lance Bill GatesEt le fondateur de Microsoft d'ajouter : "Il peut y avoir un virus où les gens infectés se sentent en bonne santé, prennent l'avion ou vont au marché." Ce discours a été prononcé par Bill Gates à l'occasion d'une conférence Ted, en avril 2015. Le virus Ebola faisait alors des ravages sur le continent africain, tuant plus de 11 000 personnes.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de l'épidémie dans notre direct

Cinq ans plus tard, en pleine pandémie de coronavirus, certains voient dans cette vidéo la preuve ultime que Bill Gates avait prévu la catastrophe sanitaire. Pire, il l'aurait orchestrée, pour mieux en tirer profit et imposer ses vues au monde entier. Une théorie du complot défendue et relayée par des conspirationnistes, des militants antivaccins et des partisans de l'extrême droite, qui ont trouvé un ennemi commun. 

Entre février et avril, les intox établissant un lien entre Bill Gates et le Covid-19 ont été mentionnées plus 1,2 million de fois sur les réseaux sociaux et à la télévision,  selon les mesures de Zignal Labs, citées par le New York Times*. Un tiers de plus que les autres thèses conspirationnistes les plus répandues : celles connectant le virus à la 5G. Comment le milliardaire philanthrope, dont la fondation a promis 250 millions de dollars de dons depuis le début de la pandémie, a-t-il pu devenir la cible favorite des fake news ?

Accusé d'avoir breveté le coronavirus

Fin janvier, la première intox circule : "Bill Gates a financé l'Institut Pirbright, qui possède un brevet sur le coronavirus." La "fake news" est publiée par The Liberty Beacon, un site conspirationniste américain. Une semaine plus tard, elle a traversé l'Atlantique et se trouve relayée par No Signal Found, qui se présente comme un "média alternatif" et qui reprend en guise d'illustration un photomontage déjà vu sur Infowars, le site du conspirationniste américain Alex Jones.

Capture d'écran de la page Facebook de The Liberty Beacon. (FACEBOOK)

La Fondation Bill et Melinda Gates a bien financé* l'Institut Pirbright. Ce centre de recherche britannique, réputé pour ses travaux en épidémiologie, a reçu 5,5 millions de dollars, pour des recherches qui ne portaient par sur le Covid-19. L'institut balaie par ailleurs les accusations des conspirationnistes, sur son site*, en rappelant qu'il ne travaille pas sur les coronavirus humains, mais animaux. Le brevet* mis en cause permet de protéger les travaux conduits en vue de développer un vaccin contre un virus qui provoque une bronchite chez des volailles.

Cette rumeur se double d'une autre attaque : "Bill Gates a 'prédit' le coronavirus chinois il y a un an avec une simulation." QAnon – une communauté d'extrême droite américaine persuadée qu'un "Etat profond" ("deep state") tire les ficelles et tente de gouverner les Etats-Unis à la place de Donald Trump – partage sur les réseaux sociaux des publications évoquant un mystérieux "événement 201". Infowars le mentionne aussi. Quelques jours plus tard, la rumeur est traduite en français, notamment sur Wikistrike, un site qui se fait lui aussi l'écho de théories du complot.

Capture d'écran d'un article du site internet américain conspirationniste Infowars propageant une rumeur à propos de Bill Gates et du Covid-19 en janvier 2020. (INFOWARS)

Cet "événement 201" s'est bien tenu à New York en octobre 2019. Il était organisé par le Centre Johns Hopkins, en partenariat avec la Fondation Bill et Melinda Gates et le Forum économique mondial. Il y était question d'un scénario de pandémie de coronavirus, qui avait pour épicentre une porcherie brésilienne et provoquait 65 millions de morts à la surface du globe. Il s'agissait d'un exercice sur table, fondé sur un cas "fictif", afin d'imaginer les moyens à mettre en œuvre "pour en limiter les conséquences sociales et économiques". Cet exercice n'a abouti à aucune prédiction, explique le Centre Johns Hopkins dans un communiqué*. 

Les antivaccins entrent dans la danse

A la mi-mars, Bill Gates organise une séance de questions/réponses* sur le réseau social Reddit. Il y fait cette déclaration : "A terme, nous aurons des certificats numériques pour savoir qui s'est remis de la maladie ou qui a été testé récemment ou, quand nous aurons un vaccin, qui l'a reçu." Cette phrase provoque une nouvelle salves d'attaques à l'encontre du milliardaire. Les antivaccins passent à l'offensive, rejoints par l'extrême droite et les conspirationnistes.

Le lendemain, le site Biohackinfo détourne les propos du milliardaire : "Bill Gates va utiliser des implants micropuces pour combattre le coronavirus." L'ancien patron de Microsoft n'a rien dit de tel, mais l'intox fait le lien avec des travaux de recherche sur les tatouages quantiques*, financés par la Fondation Bill et Melinda Gates. La "fake news" est amplifiée par Law of Liberty, la chaîne YouTube d'une église baptiste de Jacksonville (Floride). La vidéo, qui totalise plus d'1,9 million de vues, compare ces tatouages quantiques à la "marque de Satan", ce qui fait de Bill Gates ni plus ni moins que l'antéchrist, pointe BuzzFeed*.

Capture d'écran d'une vidéo de la chaîne YouTube Law of Liberty accusant Bill Gates de vouloir implanter des micropuces en mars 2020. (YOUTUBE)

"Ces marquages ​​ont été développés pour fournir un carnet de vaccination et il n'est pas possible de suivre les mouvements de quiconque", défend Kevin McHugh, professeur de bio-ingénierie à l'université Rice de Houston (Texas), interrogé par FactCheck.org*. Lorsque Bill Gates a mentionné ces certificats numériques, il évoquait la création d'une plateforme numérique dans le but de développer les autotests de Covid-19, plaide la Fondation Bill et Melinda Gates.

Début avril, la théorie est reprise par le correspondant à la Maison Blanche du site conservateur Newsmax, Emerald Robinson. "En gros, [Bill Gates] contrôle la politique de santé mondiale. Quel est son plan ? Utiliser des vaccins pour suivre les gens", affirme-t-il sur Twitter. Deux jours plus tard, sur Fox News, la présentatrice Laura Ingraham interroge le ministre de la Justice de Donald Trump, William Barr, à propos de Bill Gates et de ses prétendues velléités d'encourager "ce que certains appelleraient des mécanismes de suivi"

Des critiques visant Donald Trump qui passent mal

C'est ensuite Roger Stone, proche de Donald Trump – et ancien conseiller condamné à 40 mois de prison pour avoir menti devant le Congrès –, qui déverse ses sous-entendus au micro d'une radio du New Jersey. "Le fait que Bill Gates ait joué un rôle dans la création et la propagation de ce virus est sujet à débat." Il ajoute à propos de l'épidémie : "Lui et d'autres mondialistes l'utilisent pour les vaccinations obligatoires et les micropuces." Des propos repris (et déformés) par le New York Post*. En France, l'intox est diffusée entre autres par Egalité et Réconciliation, le site d'Alain Soral, figure de l'extrême droite condamnée à de multiples reprises.

Aux Etats-Unis, le complotisme conservateur visant Bill Gates se nourrit de ses critiques à l'égard de l'administration Trump. Le philanthrope s'est élevé, dans un tweet mi-avril, contre la décision "dangereuse" du président américain de suspendre la contribution américaine à l'Organisation mondiale de la santé. La Fondation Gates est d'ailleurs le deuxième financeur de l'OMS, derrière les Etats-Unis, assurant 9,8% du budget de l'organisation onusienne. 

Bill Gates s'est montré encore plus direct dans une tribune au Washington Post*, début avril. "Il ne fait aucun doute que les Etats-Unis ont raté l'occasion de devancer le nouveau coronavirus", assène-t-il. 

Bill Gates est "la cible parfaite"

"Avant, c'était Georges Soros, aujourd'hui, c'est Bill Gates", fait remarquer Julien Giry, chercheur en sciences politiques à l'université Rennes I. "Ce sont toujours les mêmes figures qui reviennent : des milliardaires qui cristallisent les ressentiments, parce qu'elles représentent une élite mondialisée, accusée d'être déracinée."

La convergence des antivaccins, des complotistes et de l'extrême droite n'étonne pas Rudy Reichstadt, fondateur de Conspiracy Watch. "Les porosités sont fortes entre ces sphères. Il y a un imaginaire commun", explique-t-il. "La mouvance 'antivax' et la mouvance conspirationniste sont très marquées au coin de l'extrême droite, et à l'extrême droite plus qu'ailleurs, on caresse dans le sens du poil cet électorat qui a basculé vers le complotisme", note l'expert, qui rappelle combien la rhétorique de ce camp politique est affûtée pendant les crises sanitaires. Chaque épidémie réactive le complotisme "antivax", souligne Rudy Reichstadt : "Il y a dix ans, avec la grippe H1N1, on avait vu émerger des personnalités de la mouvance 'antivax'. Dix ans après, certaines sont redevenues très actives, très suivies, très partagées sur les réseaux sociaux." 

Les complotistes prêtent à Bill Gates un plan de dépopulation mondiale par la vaccination depuis une vingtaine d'années.

Rudy Reichstadt, fondateur de Conspiracy Watch

à franceinfo

"Cela fait un moment que les antivaccins ont Bill Gates dans le collimateur, dans la mesure où sa Fondation Bill et Melinda Gates est un important soutien de l'alliance pour la vaccination Gavi", depuis sa création en 2000, observe l'historien des sciences Laurent-Henri Vignaud. Le milliardaire philanthrope permet aux "antivax" – et aux conspirationnistes – d'agiter le spectre de "Big Pharma". 

"Dans le vaccino-scepticisme, on insiste particulièrement fort sur la compromission supposée de l'industrie pharmaceutique avec le monde de l'argent", développe le maître de conférence à l'université de Bourgogne. Pour lui, "Bill Gates est la cible parfaite", en raison de sa fortune et de ses "intérêts financiers dans beaucoup de secteurs économiques". "Par sa fortune, il est d'emblée suspecté de vouloir chercher un profit personnel, d'être à la solde de l'industrie pharmaceutique. Il incarne un angle de l'argumentaire des antivax : on ne dit pas que les vaccins sont dangereux ou qu'ils ne marchent pas ; on parle des prétendus intérêts financiers cachés."

"Nous sommes dans une situation folle"

Son passé dans l'informatique leur offre aussi un angle d'attaque technologique, poursuit l'historien. "Chez les 'antivax' les plus délirants, il y a l'idée qu'on va injecter un puce par le vaccin pour construire un traçage de la population. C'est un autre versant politique actuel très fort autour du respect des libertés publiques individuelles. L'Etat ou une entreprise privée sont suspectés de vouloir prendre possession du corps des individus pour mettre en œuvre une surveillance, un contrôle de la population."

Interrogé par la télévision chinoise CGTN* en avril, Bill Gates s'est montré philosophe : "Je dirais qu'il est ironique que vous preniez [pour cible] quelqu'un qui fait de son mieux pour préparer le monde et qui investit, dans mon cas, des milliards de dollars (...) et qui essaie vraiment de résoudre les maladies infectieuses à grande échelle – y compris celles qui provoquent des pandémies", a-t-il déclaré, ajoutant : "Nous sommes dans une situation folle, donc il va y avoir des rumeurs folles."

*Les liens suivis d'un astérisque sont en anglais.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.