Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : Bruno Retailleau dénonce les réquisitions de masques destinés aux collectivités

Publié
Durée de la vidéo : 11 min.
Coronavirus : Bruno Retailleau dénonce les réquisitions de masques destinés aux collectivités
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Le chef de file des sénateurs Les Républicains a poussé un "coup de gueule" mardi contre les réquisitions par le gouvernement de masques commandés par les collectivités.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a demandé aux préfets "d'examiner au cas par cas", la "nécessité de durcir les mesures" en cas de "relâchement" dans le confinement. Un tour de vis vu d'un bon oeil par Bruno Retailleau. "Il a raison. On sait que confinement, strictement réservé et discipliné, dépend de la propagation de la maladie", assure le patron du groupe LR au Sénat, mardi 7 avril 2020.

Le sénateur se montre très critique vis à vis de la gestion du stock de masques faite par le gouvernement. "Ces dernières heures, des masques commandés par la métropole de Marseille et par la région Bourgogne-Franche-Comté ont été réquisitionnés par l'État", s'insurge-t-il, avant de s'interroger : "Est-ce que l'État n'est pas suffisamment grand pour faire ses propres commandes ?".

>> Coronavirus : suivez en direct l'évolution de la situation

"Le suivi numérique est fondamental"

Mais Bruno Retailleau dresse aussi quelques bons points à l'exécutif. Si dans ses débuts la gestion de la crise a été "chaotique", elle est désormais bien mieux gérée par le gouvernement, qui a compris son ampleur.

Face à cette crise le gouvernement d'Édouard Philippe envisage de recourir au traçage de la population via les smartphones. Une bonne idée, selon Bruno Retailleau, pour qui "le suivi numérique est fondamental". "On ne sortira pas de cette épidémie sans que l'on puisse avoir des outils numériques", poursuit-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.