Coronavirus : AlloCovid, un nouveau service pour aider et repérer les malades et prévoir les endroits où le virus pourrait repartir

Le service téléphonique AlloCovid, qui est anonyme, se présente comme une alternative à Stop Covid, l'application de traçage numérique qui fait débat. 

Un homme portant un masque de protection tient son téléphone portable à la main (illustration).
Un homme portant un masque de protection tient son téléphone portable à la main (illustration). (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) lance lundi 27 avril un nouveau service téléphonique, AlloCovid, pour aider et repérer les malades du Covid-19 et prévoir les endroits où le virus pourrait repartir. C'est ce que révèle France Inter. AlloCovid est destiné aux malades qui ressentent des symptômes, comme de la fièvre ou de la toux.

>> DIRECT : retrouvez les dernières informations sur le coronavirus

Au 0 806 800 540 (prix d’un appel normal), c'est un robot qui répond pour aider les malades. Grâce à un questionnaire, l'assistant virtuel téléphonique, ou "call bot", leur donne des conseils, leur dit s'ils doivent appeler le 15, simplement un généraliste, ou rester confinés chez eux. Grâce à ce système d’intelligence artificielle, ces appels de trois minutes permettent ensuite de repérer les endroits où le virus pourrait repartir.

Identifier les foyers de résurgence

"L'intérêt principal est de pouvoir dire en direct, dans telle commune, attention, il y a des cas qui sont en train d'augmenter rapidement, explique à France Inter Xavier Jouven, cardiologue et épidémiologiste à l'hôpital Georges Pompidou à Paris. Cette localisation nous permettra, notamment lors du déconfinement, d'identifier des foyers de résurgence et de tout de suite pouvoir régler les problèmes au niveau de la commune pour éviter d'avoir à reconfiner tout le monde. Cela peut être une arme très efficace." Pour localiser les malades, les personnes donnent lors de l'appel leur code postal, qui sera ensuite détruit. "C'est complètement anonyme, assure le médecin. Mais cela permet d'enregistrer où il y a des personnes symptomatiques en France."

Mille assistants virtuels téléphoniques sont déjà prêts. Ils peuvent répondre dès lundi matin à mille appels simultanés de particuliers. Si besoin, l'équipe de l’Inserm est prête à doubler ou à tripler le nombre de robots pour répondre à plus d’appels et avoir une photo plus fine de l'évolution du virus. AlloCovid se présente comme une alternative à l’autre application de traçage numérique, Stop Covid, très contestée et qui doit être mise en débat à l'Assemblée nationale mardi 28 avril.