Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus 2019-nCoV : "On reste seul, c'est triste", réagit la communauté asiatique après le report du Nouvel An chinois à Paris

"La communauté chinoise n'a pas le cœur à la fête" a expliqué Jérôme Coumet, le maire du 13e arrondissement de Paris, où se déroule chaque année le grand défilé qui clôture les festivités du Nouvel An chinois. Une déception pour les habitants du quartier.

Article rédigé par
Farida Nouar - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un défilé en l'honneur du nouvel an chinois dans le 13e arrondissement de Paris,le 17 février 2019. (OLIVIER DONNARS / LE PICTORIUM / MAXPPP)

"L'association a décidé de reporter cette grande manifestation annuelle qui devait avoir lieu le 2 février" : Didier lit le communiqué qu'il vient de recevoir sur sa boite mail. Le traditionnel défilé du Nouvel An chinois prévu dimanche dans le 13e arrondissement parisien est annulé, ont indiqué jeudi 30 janvier le maire et une association organisatrice, en raison du coronavirus 2019-nCoV. Didier comprend cette décision : "C'est vrai qu'en France, on n'a pas encore une grande quantité de malades, mais par mesure de précaution, je pense que c'est nécessaire. On devrait faire attention, il faut suivre cela de près."

"C'est la surprise pour tout le monde"

Sur l'avenue de Choisy, les affiches annonçant le Grand Défilé du Nouvel An Lunaire sont encore accrochées aux arbres, dont une près de chez Ava. Elle est fleuriste dans le quartier, et vient d'apprendre la nouvelle : "Je trouve que c'est un peu dommage, parce que quand même, c'est une fête traditionnelle asiatique. Forcément on s'inquiète, mais on s'inquiète aussi pour tout le monde, parce que le virus, d'après ce que j'ai entendu, se propage assez vite."

On le fête chaque année, et d'un seul coup ça a été reporté donc c'est la surprise pour tout le monde.

Ava

à franceinfo

Selon elle, "tout le monde regarde les asiatiques d'un œil différent". Elle raconte : "Même ma fille, quand elle prend le métro, elle voit que les gens la regardent différemment. Ils bouchent leur nez, avec le foulard, carrément !"

Une affiche annonçant le grand déffilé du Nouvel An chinois, le 30 janvier à Paris. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

"On sent que tout s'est arrêté"

Une communauté qui se sent stigmatisée et donc privée de ses célébrations. Riu tient un magasin d'informatique et s'inquiète des conséquences : "On sent que même les Français ont quand même un peu peur. Depuis dix jours, c'est très très calme dans le quartier. Il y a beaucoup moins de monde, et même chez mes voisins restaurateurs, c'est pareil. On sent que tout s'est arrêté sec." Le nouvel an et ses festivités sont complètement gâchées regrette Felix, habitant du quartier. "On n'a pas fait comme les autres années. Il n'y a pas d'amis qui viennent chez nous, on reste seul. C'est triste pour cette année, évidemment !", dit-il.

La mairie du 13e arrondissement a décidé de "reporter le défiler au printemps prochain, précise Jérôme Coumet dans Le Parisien, on va faire en sorte que le moment venu, le défilé soit encore plus beau."

Reportage de Farida Nouar dans le 13e arrondissement de Paris
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.