"Convoi de la liberté" à Paris : situation tendue sur les Champs-Elysées, où les forces de l'ordre ne parviennent pas à déloger les manifestants

Plusieurs rassemblements ont eu lieu dans la capitale malgré l'interdiction d'y manifester. 

La place de l\'Etoile à Paris gardée par des policiers, le 12 février 2022.
La place de l'Etoile à Paris gardée par des policiers, le 12 février 2022. (SAMEER AL-DOUMY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Quelque milliers d'opposants du "convoi de la liberté" ont réussi, samedi 12 février, à atteindre les Champs-Elysées à Paris, alors que plusieurs rassemblements ont eu lieu dans la capitale malgré l'interdiction d'y manifester. Leur présence sur l'avenue parisienne a rapidement déclenché l'intervention des forces de l'ordre pour les disperser. En début de soirée, des manifestants à pieds étaient néanmoins toujours présents sur les lieux dans une ambiance tendue, selon des journalistes sur place. Suivez notre direct.

Plus de 300 personnes verbalisées. 337 personnes qui participaient au "convoi de la liberté" ont été verbalisées et 54 interpellées à Paris, a annoncé sur Twitter Gérald Darmanin.

Les manifestants veulent le retrait du pass vaccinal. Rassemblement hétéroclite d'opposants au président Emmanuel Macron et de "gilets jaunes", le "convoi de la liberté" s'est constitué sur le modèle de la mobilisation des routiers qui paralyse la capitale canadienne Ottawa. La plupart des revendications sont liées à la vaccination contre le Covid-19. Les réclamations des participants sont aussi liées à l'augmentation du coût de l'énergie et du pouvoir d'achat.

Jean Castex promet d'être inflexible. "S'ils bloquent la circulation ou s'ils tentent de bloquer la capitale, il faut être très ferme" avait-il expliqué vendredi sur France 2. "Le droit de manifester et d'avoir une opinion sont un droit constitutionnellement garanti dans notre République et dans notre démocratie. Le droit de bloquer les autres ou d'empêcher d'aller et venir ne l'est pas."

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CONVOI

22h36 : Selon Rémy Buisine, sur les Champs-Elysées, le calme est revenu sur l'avenue, et les blindés sont repartis au garage.

21h19 : La gendarmerie a donné sa version des faits après la confiscation d'équipements appartenant au journaliste de Brut Rémy Buisine, dans l'après-midi, en marge du "convoi de la liberté".

20h46 : Un peu plus tôt dans la soirée, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin donnait le bilan répressif du "convoi de la liberté" : 337 verbalisations et 54 interpellations.

10h31 : @Tigrou Mes collègues sur place décrivent un homme au sol qui a été pris en charge par des secouristes pendant de longues minutes, mais je ne peux pas vous donner plus de précisions sur son état de santé.

20h44 : Un manifestant est au sol dans un état très grave sur les Champs-Elysées. #ChampsElysees. Vous confirmez ?

20h29 : La situation n'est pas vraiment maîtrisée sur les Champs-Elysées, tweetent plusieurs témoins sur place.

20h26 : Une précision, si vous vous demandiez si nous aurions des chiffres sur le "convoi de la liberté" : la manifestation étant interdite, elle n'a pas été comptabilisée, précise le ministère de l'Intérieur.

10h29 : Le ministère de l'Intérieur fait état de cinq interpellations et d'un policier légèrement blessé à Montpellier (Hérault).

20h23 : Le ministère de l'Intérieur agrège les manifestations contre le pass sanitaire, quelles qu'elles soient. Au total, 32 100 personnes ont battu le pavé cet après-midi, dont 7 600 à Paris. Ce qui ne comprend pas le "convoi de la liberté". Même indirectement, ce dernier n'a pas généré un regain de participation spectaculaire à la mouvance anti-pass (ils étaient 29 000 au niveau national la semaine dernière).

20h01 : Il est 20 heures, on va faire le point sur l'actualité après cette soirée chargée et riche en émotions.

• Le Grand Chelem est toujours possible pour le XV de France, après une victoire de costauds face à l'Irlande (30-24) obtenue sur le fil.

Le "convoi de la liberté" a entraîné plusieurs interpellations et des blocages XXL sur le périphérique parisien tout au long de l'après-midi. La figure des "gilets jaunes" Jérôme Rodrigues a été interpellé près de l'Elysée.

Après-midi intense du point de vue diplomatique. Joe Biden et Emmanuel Macron ont mis en garde Vladimir Poutine contre une invasion de l'Ukraine.

Quentin Fillon Maillet prend l'argent en sprint, septième médaille française lors des JO de Pékin. Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron prennent de leur côté la tête de la compétition de danse sur glace, avant les résultats finaux lundi.

10h23 : Le "convoi de la liberté" a eu plus de succès aux Pays-Bas qu'en France. Des opposants aux restrictions sanitaires venus protester en convois de tous les Pays-Bas ont bloqué pendant plusieurs heures le centre-ville de La Haye avant de se disperser, selon la police sur Twitter.

18h47 : L'analyste belge Nicolas Van der Biest propose une analyse éclairante du mouvement du "convoi de la liberté" dans une série de tweets. Je ne vous les reproduis pas tous ici, mais je vous enjoins à aller voir.

18h33 : @HeBenAlors Vous trouvez ? J'ai entendu Nathalie Arthaud (LO) et Jean-Luc Mélenchon (LFI) exprimer une certaine sympathie pour le mouvement, alors qu'Anne Hidalgo (PS) a regretté le mode d'action de ceux qui protestent de manière violente. Et cette liste n'est pas exhaustive.

18h31 : Bonsoir FI. C’est moi ou le silence des candidats sur le convoi de la liberté est assourdissant ?

18h08 : Une autre forme de mêlée se déroule en ce moment sur les Champs-Elysées, tweete le journaliste de Brut Rémy Buisine.

17h53 : Le "convoi de la liberté" s'est achevé au poste pour Jérôme Rodrigues, figure des "gilets jaunes", qui a été interpellé près de l'Elysée en marge d'un des défilés.

17h50 : Une opération escargot avec des tracteurs est en cours et provoque de gros ralentissements dans le secteur. La police est en train d'intervenir.

17h50 : Bonjour que se passe t-il sur l'A4 en direction de l’est de Paris ? Tout est bouché

17h06 : Notre journaliste Fabien Magnenou a croisé une manifestation anti-pass sanitaire, à pied cette fois, avenue du Maine, dans le 14e arrondissement de la capitale. Il a compté 450 participants.







(FABIEN MAGNENOU /FRANCEINFO)

16h54 : "On a plutôt des manifestants qui sont assez diplômés et qui font partie, pour un certain nombre d'entre eux, de ce qu'on appelle communément les classes moyennes. Quand on regarde notamment leur rapport aux politiques, ce sont des gens qui, soit, s'abstiennent beaucoup aux élections, ce qui est le cas d'ailleurs de plus en plus de Français, et ont une tendance aussi marquée au vote blanc, ce qui montre bien au fond une espèce de désaffiliation vis-à-vis à tout ce qui ressemble à des institutions, notamment les politiques."

Au micro de franceinfo, Stéphane Sirot tente de brosser un portrait-type des manifestants.

16h38 : Pourquoi les routiers et leurs syndicats ne sont pas associés au convoi de la liberté, contrairement à ce qui s'est passé outre-Atlantique ? Parce que leur situation est bien différente de celle de leurs homologues canadiens qui paralysent les grands axes. Explications dans notre article.

16h40 : "Pour tous les citoyens qui seraient dans une attitude protestataire, il y a un moyen très simple, pas violent, de dire ce que l'on pense, c'est de voter à l'élection présidentielle."

Pour Anne Hidalgo, en déplacement à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, "c'est dans ce cadre-là que l'on peut résoudre les tensions de la société française. (...) "On a eu cinq années de grandes tensions, d'absence de dialogue, cinq années qui ont vu régulièrement, et je pense aux 'gilets jaunes', notre pays mis en difficulté. Mais ce que je dis là ne justifie en rien ni les violences que l'on a pu connaître, ni celles que l'on pourrait connaître".


16h17 : Selon le journaliste Clément Lanot, des CRS ont été déployés sur zone, une décision rarissime.

16h15 : Et pendant ce temps, les incidents se poursuivent en marge des différents "convois de la liberté" tentant d'entrer dans Paris. Le journaliste de Brut Rémy Buisine fait part d'incident dans un café installé sur l'autoproclamée "plus belle avenue du monde".

16h02 : Il est 16 heures. Nous faisons un nouveau point sur l'actualité :

Le président français Emmanuel Macron s'est entretenu pendant 1h40 avec son homologue russe Vladimir Poutine pour tenter de faire baisser la tension croissante dans la crise russo-ukrainienne. Plusieurs pays ont appelé leurs ressortissants à quitter l'Ukraine face au risque d'invasion.


Les forces de l'ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes en début d'après-midi pour disperser des manifestants issus du "convoi de la liberté" qui s'étaient donné rendez-vous sur les Champs-Elysées à Paris. Suivez notre direct.


#JO2022 Quentin Fillon Maillet prend l'argent en sprint, septième médaille française lors des JO de Pékin. Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron prennent de leur côté la tête de la compétition de danse sur glace, avant les résultats finaux lundi.

15h53 : A Paris, la place de l'Etoile et l'avenue des Champs-Elysées ont été évacuées par les forces de l'ordre. Les automobilistes et les manifestants à pied se sont dispersés dans les rues autour de la place de l'Etoile et adjacentes. Plusieurs véhicules ont été enlevés, selon la préfecture de police.

15h36 : Quelque 337 personnes ont été verbalisées et 14 personnes interpellées lors des différents rassemblements liés au "convoi de la liberté" à Paris, annonce la préfecture de police.

14h18 : La place de la Concorde à Paris est actuellement bloquée par une centaine de véhicules, issus notamment du "convoi de la liberté", rapporte un journaliste de franceinfo sur place. Il y a également des manifestants à pied. L'ambiance, pour le moment, est bon enfant.

14h03 : La contestation ne s'arrête pas. Les manifestants anti-mesures sanitaires au Canada continuent de paralyser un axe frontalier majeur avec les Etats-Unis, malgré la décision rendue vendredi par un tribunal de l'Ontario ordonnant aux manifestants de partir.

14h48 : "On voit bien qu'il s'agit d'un mouvement de sécession d'une partie du pays qui ne comprend pas, ne se retrouve pas et a un désir de révolte."

Le président du MoDem François Bayrou déplore qu'une partie "importante de nos compatriotes ne croit plus rien de ce qu'on lui dit", ce qui engendre selon lui le mouvement de révolte du "convoi de la liberté".

14h16 : Des manifestants du "convoi de la liberté" tentent de bloquer actuellement le rond-point des Champs-Elysées. Les forces de l'ordre interviennent.

14h16 : Une cinquantaine de manifestants appartenant au "convoi de la liberté" ont été évacués de la place de l'Etoile à Paris, au bout des Champs-Elysées. La dispersion s'est faite dans le calme, même si les manifestants qui ont, pour certains, passé la nuit dehors, sont en colère.

12h59 : "Cette contestation sociale est salutaire. Ils ont raison de se battre et je les applaudis de s'inviter dans cette campagne électorale. Ca fait du bien d'entendre enfin parler des problèmes des classes populaires."

Interrogée sur le mouvement du "convoi de la liberté", la candidate Lutte ouvrière Nathalie Arthaud a exprimé son soutien face à la colère des Français précaires.

12h54 : Quelques tensions au niveau de la place d'Italie à Paris entre des manifestants du "convoi de la liberté", qui ont réussi à entrer dans la capitale et l'important dispositif policier sur place.



(FRANCE TELEVISIONS)

12h00 : Il est midi. Nous faisons un nouveau point sur l'actualité :

Des milliers d'opposants au pass vaccinal venus en convois de toute la France tentent d'entrer dans Paris pour manifester malgré l'interdiction par la préfecture de police. Plus de 200 verbalisations ont été dressées. Suivez notre direct.


Quentin Fillon Maillet prend l'argent en sprint, septième médaille française lors des JO de Pékin.


Face à la menace d'une invasion russe de l'Ukraine, présentée comme imminente, les sonneries téléphoniques retentissent des deux côtés de l'Atlantique pour tenter de relancer le dialogue : Poutine doit notamment s'entretenir aujourd'hui avec Biden et Macron.