Royaume-Uni : vers une mise en place du passeport sanitaire

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Royaume-Uni : vers une mise en place du passeport sanitaire
Article rédigé par
M. Boisseau, C. Duval, J. Ezvan, C. Madini - France 2
France Télévisions

Au Royaume-Uni, près de la moitié de la population a déjà reçu au moins une dose de vaccin. Le gouvernement est sur le point de dévoiler les nouvelles règles pour les déplacements internationaux. Mi-avril, un système de passeport sanitaire doit notamment être testé. De quoi permettre la reprise d’activités comme les concerts ou encore le retour du public dans les stades de football.

Pour retourner dans les salles de spectacle, les cinémas, les stades ou les boites de nuit, des lieux tous fermés en raison de l’épidémie de Covid-19, les Britanniques pourraient bientôt avoir besoin d’un passeport sanitaire. D’après la presse locale, c’est ce qu’annoncera Boris Johnson en fin de journée, lundi 5 avril. Chacun devra alors être en mesure de fournir la preuve, grâce à une application sur son smartphone, qu’il a eu les deux doses du vaccin. Pour les personnes n’ayant pas pu ou voulu recevoir le vaccin, l’accès à ces endroits leur sera possible, à condition de présenter un certificat de contamination au coronavirus de moins de six mois, ou en réalisant un test rapide.

Des tests menés dès la semaine prochaine

"Si on ne fait pas ça, en fin de compte, on n’arrêtera jamais le virus et on ne pourra jamais retrouver tous ces lieux culturels et sportifs qui nous ont tant manqué", explique un Londonien. Des tests seront menés dès la semaine prochaine, avant une possible généralisation à l’été. Cette organisation ne concernera a priori pas les pubs et les restaurants, dans un premier temps. "Les autorités ont également annoncé qu’elles allaient livrer au domicile de chaque personne vivant en Angleterre, deux tests Covid gratuits à faire par soi-même par semaine, à partir de vendredi", conclut Mathieu Boisseau, journaliste France Télévisions, à Londres.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.