Pesticides : une vingtaine de députés de la majorité dénonce une réduction des distances d'épandage

Ils ont écrit une lettre ouverte au ministre de l'Agriculture dans laquelle ils évoquent la "validation par certains préfets de chartes permettant" cette mesure.

Un épandage de pesticides à Moissac le 23 juillet 2018.
Un épandage de pesticides à Moissac le 23 juillet 2018. (VOISIN / PHANIE / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Vingt-cinq députés, dont une majorité de LREM et MoDem, ont dénoncé, mardi 21 avril, une division par deux des "distances de précaution pour pulvériser les pesticides" à proximité des habitations dans 25 départements, dans une lettre ouverte au ministre de l'Agriculture. Le 16 avril, un collectif d'associations avait demandé aux préfets d'interdire "les pulvérisations de pesticides près des habitations" pendant le confinement.

"L'arrêté pris en date du 27 décembre 2019 portait pourtant les distances de sécurité minimales pour la pulvérisation des pesticides à proximité des lieux habités, à 5 m pour les cultures basses, type maraîchage, et à 10 m pour les cultures hautes", rappellent les députés, parmi lesquelles l'élue LREM du Finistère Sandrine Le Feur. Cette dernière accueillera mercredi le président Macron dans sa circonscription. "Or, depuis ce mois d'avril, 25 départements (dont tous les départements bretons), ont permis de revoir ces distances à 3 m pour les cultures basses et 5 m pour les cultures hautes", déplorent-ils.

Dans ce contexte d'épidémie de coronavirus, alors que "nos concitoyens sont aujourd'hui confinés à domicile et pour bon nombre d'entre eux vivent à côté de zones agricoles, permettre de telles pratiques, c'est faire le choix d'ignorer leur santé", écrivent encore les parlementaires, dont la députée LREM de la Somme Barbara Pompili, présidente de la commission développement durable de l'Assemblée, ou le député LREM de l'Essonne Cédric Villani.