Gestes barrières face au coronavirus : "Je ne sais pas si les ultras ont les mêmes règles que nous" déplore un supporter du PSG

Le Paris-Saint-Germain accueille ce mardi soir le Celtic Glasgow en match amical, quatre jours après la réception de Waasland-Beveren. 5000 supporters avaient assisté à la rencontre. Le comportement des ultras face aux règles de distanciation sociale avait été fortement critiqué.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Vendredi 17 juillet, près de 600 ultras se sont rassemblés en bas des tribunes du Parc des Princes lors de la rencontre amicale face à Waasland-Beveren (BRUNO FAHY / BELGA MAG)

À l'occasion du match face à Waasland-Beveren vendredi dernier, le virage Auteuil du Parc des Princes chantait à l'unisson. En bas de la tribune, 600 ultras parisiens étaient collés les uns aux autres, certains torses nus, d'autres avec des grands drapeaux. Sur les images, on a vu peu de masques sur le nez et la bouche de ces supporters. Pourtant, les règles de distanciation physique avaient été annoncées.

"Dans le stade il y avait plein de places vides  donc je trouve qu’ils auraint pu mieux répartir les gens. Au niveau de la sécurité sanitaire ils auraient pu mieux faire" réagit Allan, présent au stade ce soir-là, tout comme Léo :  "Il y avait 2 sièges d’écart au minimum. Mais pas forcément au niveau des ultras". 

Je ne sais pas si les ultras avaient les mêmes règles que nous

Léo

à franceinfo

Un droit à la deuxième chance

Les images ont provoqué l'indignation d'une partie du sport français, avant que le principal groupe ultra parisien ne s'excuse. Le Paris-saint-Germain semble avoir entendu cette prise de conscience, et a autorisé les supporters à revenir au Parc, ce mardi 21 juillet face au Celtic Glasgow. L'Association nationale des ligues des sports professionnels a d'abord critiqué l'attitude des suporters, mais son président Patrick Wolff est prêt à leur donner une seconde chance.

"Il y a un droit à l’erreur dans tout. Beaucoup de choses peuvent se comprendre dans leur comportement : deux mois et demi sans voir leur équipe, la frustration, les copains qu’on a pas vu depuis longtemps..."

Je pense que ça peut servir d’exemple pour la suite

Patrick Wolff

à franceinfo

"Je ne vois pas pourquoi on ne retenterai pas un deuxième coup, à partir du moment où ils se sont responsabilisés. J’ai vu leurs déclarations, il faut leur donner une chance. On aura de cette manière une chance d’avoir des stades pleins dans de bonnes conditions et cet incident malheureux aura servi à quelque chose" poursuit Patrick Wolff

Une "part de responsabilité" des clubs

Pourtant, le respect des règles sanitaires dépend aussi des clubs d'après Frank Lemann, président de la Fédération Française des Supporters de Rugby : "on peut pas faire reposer les consignes sanitaires à 100% sur la bonne volonté des supporters.

Si les clubs avaient demandé aux groupes de supporters de mieux se répartir dans la tribune il n'y aurait pas eu cet événement.

Frank Lemann

à franceinfo

"Je pense qu’ils ont une part de responsabilité dans le fait de mettre en place les bonnes consignes sanitaires et les bonnes manières de les respecter".  

L'attitude des ultras parisiens sera donc observée à la loupe lors de la rencontre face au Celtic. Ils ont promis de respecter les règles sanitaires, dans le but de retrouver au plus vite des tribunes pleines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.