Covid-19 : un confinement strict de Paris ? Face au tollé, la mairie nuance

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Covid-19 : un confinement strict de Paris ? Face au tollé, la mairie nuance
FRANCEINFO
Article rédigé par
T. Curtet, O. Martin, J. Assouly, J.-P. Rivalain, M.-A. Belderrain - franceinfo
France Télévisions

La maire de Paris a annoncé, jeudi 25 février, vouloir un confinement strict de trois semaines, mais vendredi matin, le ton avait radicalement changé.

Jeudi 25 février, le Premier ministre, Jean Castex, annonçait qu’il fixait au 6 mars la prise de décisions contraignantes sur la question sanitaire. Immédiatement, la mairie de Paris faisait une contre-proposition : un confinement strict de trois semaines dla capitale. Face aux réactions, elle a nuancé ses propos le lendemain matin. "Évidemment, cette hypothèse ne peut pas concerner que Paris. (…) Je redis que ce n’est pas une demande de notre part, (…) mais simplement une hypothèse que nous souhaitons mettre sur la table", a déclaré Emmanuel Grégoire, le premier adjoint de la maire PS Anne Hidalgo.

Hidalgo “a toujours méprisé les Franciliens”

À Paris, les chiffres ne sont pas bons. La mairie de Paris souhaitait donc un confinement dur, afin de pouvoir rouvrir ensuite les cafés, musées et restaurants. Une idée balayée vendredi par Jean Castex, lors d’une visite au centre hospitalier de Nantes (Loire-Atlantique). "Vous savez très bien qu’avec les variants, ce n’est pas possible. Il ne faut jamais raconter des fadaises", a affirmé le Premier ministre. De son côté, Rachida Dati, maire LR du VIIe arrondissement de Paris, accuse Anne Hidalgo, qui “a toujours méprisé les Franciliens, de vouloir exister politiquement face à Emmanuel Macron". Les consultations entre élus et préfets commencent la semaine du 1er mars.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.