Covid-19 : quelles mesures peuvent prendre les préfets dans les zones où le coronavirus circule activement ?

Les départements de Paris et des Bouches-du-Rhône sont désormais classés en "circulation active" du coronavirus, ce qui autorise les préfets à prendre des mesures restrictives.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Marseille est désormais en "zone rouge", c'est à dire où le coronavirus circule activement.  (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

C'est reparti. La situation épidémique continue de se dégrader en France :  Paris et les Bouches-du-Rhône ont été classés zones de "circulation active" du virus, selon un décret paru au Journal officiel vendredi 14 août. En l'espace de vingt-quatre heures, 2 669 nouvelles personnes ont été testées positives au coronavirus, selon les chiffres publiés jeudi par Santé publique France. L'Hexagone a atteint son rythme de contamination le plus élevé depuis la fin du confinement.

La situation dans la capitale et le département des Bouches-du-Rhône inquiétait particulièrement les autorités : ce dernier a recensé 1 711 nouvelles contaminations en une semaine et 21 hospitalisations au 11 août, selon l'ARS de la région Paca. A Paris, pas moins de 2 545 patients atteints du Covid-19 étaient hospitalisés le 13 août. Le port du masque est déjà obligatoire depuis samedi dans plusieurs quartiers très fréquentés de Marseille et depuis lundi dans les "zones à forte concentration de personnes" de la capitale.

Avec cette classification, les préfets de Paris et des Bouches-du-Rhône pourront dès à présent prendre de nouvelles dispositions pour endiguer la reprise de l'épidémie. Ces mesures ont été précisées le 10 juillet 2020 dans un décret qui prescrit "les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de Covid-19 dans les territoires sortis de l'état d'urgence sanitaire et dans ceux où il a été prorogé". Elles seront fixées dans les jours à venir par les préfectures, les élus locaux et les Agences régionales de santé. Mais à quelles mesures restrictives faut-il s'attendre ?

Une limitation de la circulation

Une des restrictions les plus probables concerne une interdiction de la circulation en dehors des départements classés en circulation active du virus, ou bien dans un rayon de plus de 100 km du domicile, comme ce fut le cas dans les premiers temps qui ont suivi le déconfinement après le 11 mai. Cette mesure aurait pour but de limiter la propagation du virus en dehors des zones rouges. Des exemptions seront néanmoins possibles, précise le décret, à l'image de celles possibles au printemps : en cas de déplacements professionnels ou pour motifs familial impérieux. Il faudra alors fournir une attestation. 

Une fermeture des bars et des restaurants

A Marseille comme à Paris, les bistrots et les troquets pourraient bien ranger leurs terrasses et fermer leurs portes. Le décret octroie aux préfets le droit d'interdire l'accueil du public dans les établissements fermés, comme les centres commerciaux, les bars, les restaurants et les musées. A Marseille, Le Rooftop, pourtant en plein air, a ainsi dû fermer ses portes pour un mois suite à un arrêt préfectoral, rapporte La ProvencePourraient également être concernés par la mesure les rooms-service des hôtels et les marchés, couverts ou non. Mais le décret du 10 juillet précise : "Le préfet de département peut, après avis du maire, accorder une autorisation d'ouverture des marchés alimentaires qui répondent à un besoin d'approvisionnement de la population." 

Une restriction des rassemblements

Le décret préconise ainsi que le préfet pourra "interdire, réglementer ou restreindre les rassemblements ou réunions au sein des établissements de culte". Cette décision ne concernerait cependant pas les cérémonies funéraires et doit être appliquée par des mesures adaptées au contexte, "strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu". Localement, les rassemblements amicaux ou familiaux à l'extérieur ou dans des salles des fêtes pourraient aussi être interdits.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.