Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : l'interdiction des messes fâche des catholiques

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Coronavirus : l'interdiction des messes fâchent des catholiques
franceinfo
Article rédigé par
Josselin Debraux, Carol Cuello, M. Félix, N. Bellemon, F. Daireaux, I. Palmer - franceinfo
France Télévisions

Le confinement permet l’ouverture des églises, mais interdit la célébration de messes. Dans plusieurs villes dimanche 15 novembre, des catholiques ont manifesté pour avoir droit à ce besoin de prier qu’ils estiment essentiel.

La prière a été récitée symboliquement dehors, dimanche 15 novembre, sur le parvis de l'église de Saint-Quentin en Yvelines (Yvelines), où ils se rendent traditionnellement chaque dimanche. Ils étaient plusieurs dizaines de catholiques à crier leur colère. "On veut la messe, c'est fondamental pour nous, c'est au cœur de notre vie", témoigne un croyant. À Bordeaux (Gironde), Nancy (Meurthe-et-Moselle), Nantes (Loire-Atlantique) ou encore Strasbourg (Bas-Rhin), des centaines de catholiques se mobilisent dans tout le pays pour demander au gouvernement d'autoriser à nouveau les messes.

Des messes en ligne

Néanmoins, tous les catholiques de France ne partagent pas cette revendication. Certains rappellent au contraire l'importance de respecter les règles, à l'image du Père Paul Destable, recteur de la cathédrale de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), qui enjoint "à respecter la loi". Bien qu'en désaccord avec l'interdiction du gouvernement, certains évêques, comme Mgr Ginoux à Montauban (Tarn-et-Garonne), diffusent leur messe en ligne et appellent leurs fidèles à la patience.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.