Confinement : le nouveau protocole sanitaire de Jean-Michel Blanquer dans les écoles ne lève pas les inquiétudes du syndicat SNES-FSU

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a détaillé ce nouveau protocole jeudi 29 octobre. Y figurent notamment des récréations par petits groupe et l'étalement dans le temps des arrivées des élèves le matin.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer lors d'une conférence de presse à Matignon le 29 octobre 2020. (IAN LANGSDON / POOL)

Le protocole présenté par Jean-Michel Blanquer dans la soirée du jeudi 29 octobre ressemble sur certains points à celui de mai-juin. Sans être aussi restrictif. Le principal changement, bien sûr, c'est le port du masque pour les élèves dès le CP. On y retrouve par ailleurs quelques règles du printemps, comme l'étalement des arrivées des élèves le matin, des déplacements limités au maximum dans les couloirs, des récréations par petits groupes, ainsi que la distanciation d'un mètre à la cantine "autant que possible".

"Autant que possible"

L'expression revient souvent dans la bouche du ministre : il n'y a pas d'obligation stricte comme en mai. C'est largement insuffisant pour Sophie Vénétitay, du syndicat SNES-FSU : "On demandait une règle nationale visant à limiter les effectifs dans les classes, à passer sur un fonctionnement en demi-groupe avec moins d'élèves. Cela été balayée d'un revers de la main par Jean-Michel Blanquer. On comprend mal pourquoi ! Parce que c'était quand même une des solutions les plus simples pour assurer la sécurité des élèves et des professeurs."

Jean-Michel Blanquer laisse tout de même la possibilité aux proviseurs, localement, de basculer certains élèves en enseignement à distance. Mais pas de règles communes, donc. De son côté, le SNES n'entend pas en rester là et a déposé par précaution un préavis de grève à la disposition des professeurs qui ne se sentiraient pas suffisamment protégés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.