Confinement : la SNCF réduit fortement le trafic des TGV et Ouigo

Les trois-quarts des trains TGV et des Ouigo vont rester à quai à partir du 4 novembre, et même davantage, jusqu'à 80% sur certaines dessertes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une passagère sur le quai de la gare de l'Est à Paris, le 23 décembre 2019. Photo d'illustration. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

En plein confinement lié à l'épidémie de Covid-19, la SNCF réduit drastiquement son offre. Les trois-quarts des trains TGV et des Ouigo vont rester à quai à partir du mercredi 4 novembre, et même davantage, jusqu'à 80% sur certaines dessertes. Par exemple, il n'y aura que cinq aller-retours par jour entre Paris et Lyon, trois entre Paris et Dijon ou encore deux entre Paris et Grenoble, jusqu'à la fin du confinement.

Un curseur "très bas" , confie à franceinfo un syndicaliste cheminot un peu dépité. Mais une décision sans surprise puisque les déplacements entre régions sont très limités par le gouvernement, réservés quasiment aux voyages professionnels.

Des pertes déjà lourdes

La SNCF ne peut pas se permettre de creuser encore ses pertes financières, déjà abyssales, en faisant rouler des trains à vide car l'activité TGV n'est pas subventionnée, contrairement aux TER. Seul motif peut-être de consolation pour l'entreprise : ses concurrents de la route, les opérateurs de cars Macron, ont dû se résoudre à une solution encore plus radicale : les compagnies Flixbus et Blablabus ont décidé d'annuler toutes leurs dessertes nationales pour une durée indéterminée.
 
 
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.