Confinement : les bouchers-charcutiers ont bien tenu le coup

Pendant le confinement, les Français ont réappris à bien manger. Parmi les commerces de proximité qui ont le moins souffert de la crise sanitaire figurent les artisans bouchers-charcutiers. Reportage en Normandie.

FRANCE 3

Dans le centre-ville de Gisors (Eure), la boucherie-charcuterie n’a pas désempli. Pas de chômage partiel pour ses trois salariés. Ils travaillent 6 jours sur 7 depuis le début de la crise sanitaire pour répondre à la demande des consommateurs. Les produits phares du confinement sont le steak haché, le cordon bleu et les saucisses pour les barbecues, en boutique, mais aussi en livraison.

Le télétravail se poursuit, les déjeuners à la maison aussi

Même depuis le début du déconfinement, il y a toujours autant d’affluence dans le magasin. Beaucoup de clients encore en télétravail déjeunent à la maison. Ce sont les boutiques en centre-ville qui ont le mieux tiré leur épingle du jeu, avec des clients qui voulaient faire leurs courses au plus près de leur domicile. Mais tous les bouchers n’ont pas aussi bien vécu le confinement. Un quart des enseignes, notamment celles qui se trouvaient sur les marchés, ont subi des pertes importantes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un rayon boucherie d\'un supermarché à Hérouville-Saint-Clair (Calvados), le 26 février 2013.
Un rayon boucherie d'un supermarché à Hérouville-Saint-Clair (Calvados), le 26 février 2013. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)