Confinement : Le plan de 15 millions d'euros pour les quartiers prioritaires est "une bonne nouvelle" selon le maire PS de Clichy

Olivier Klein va investir dans du matériel informatique pour les familles qui n'ont pas l'équipement nécessaire pour suivre l'école à la maison.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
"Au delà de cette période de confinement, c'est vrai que la fracture numérique qu'on peut connaître dans nos quartiers, il faut la combattre.", affirme le maire PS de Clichy, Olivier Klein. (DDM NATHALIE SAINT - AFFRE / MAXPPP)

Le gouvernement lance un plan de 15 millions d'euros pour renforcer "la continuité éducative" dans les quartiers prioritaires. Ce plan permettra "d’acheter et de distribuer du matériel informatique et de connexion aux élèves des quartiers n’ayant pas les outils nécessaires pour le suivi éducatif à distance", explique l'éxécutif dans un communiqué. "Une bonne nouvelle" réagit Olivier Klein, maire PS de Clichy-sous-Bois sur franceinfo.

>> Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

franceinfo : Ce plan est-il une bouffée d'oxygène pour vous ?

Olivier Klein : C'est une bonne nouvelle. La question de la continuité éducative se pose depuis le début de confinement. À Clichy, on avait réussi, grâce à un partenariat, à trouver une centaine d'ordinateurs portables qu'on a confié aux enfants, mais on sait que ce n'est pas suffisant : reste le problème des impressions, des connexions internet. Au delà de cette période de confinement, c'est vrai que la fracture numérique qu'on peut connaître dans nos quartiers, il faut la combattre. Le matériel informatique qu'on va pouvoir donner aux élèves, c'est quelque chose qu'ils pourront continuer à avoir. Mais on sait que l'école à la maison, ce n'est pas l'école, donc il faudra se projeter, réfléchir, regarder aussi quels sont les acquis pendant cette période et surtout ne pas culpabiliser les élèves, les parents. Les enseignants font beaucoup de choses pendant cette période, mais rien ne vaut l'école dans l'école.

Il y a des élèves dans votre commune, dont les enseignants ont perdu la trace depuis le début du confinement ?

Oui en tous cas, des élèves qui ont du mal à suivre. Je quittais ma mairie cet après-midi, j'ai vu une maman qui venait me voir pour me dire "est-ce que je peux imprimer en mairie les devoirs que le maître m'a envoyés car je n'ai pas d'imprimante". Il y a aussi des élèves un peu en difficulté, pas de leur propre volonté, mais parce que c'est difficile de suivre l'école quand on n'est pas à l'école, que l'on n'a pas tous les outils. Certains continuent à suivre l'école sur le téléphone de leurs parents, ce n'est pas l'outil adapté, c'est aussi pour cela que quand l'école reprendra et à la rentrée prochaine, il faudra accompagner les enseignants, leur donner une liberté pédagogique, leur faire confiance. Et peut-être, à un moment, avouer que malgré les efforts des uns et des autres, ce troisième trimestre n'est pas acquis et qu'il faudra prendre le temps, à la rentrée prochaine. Les choses qui n'auront pas été acquises pendant ce troisième trimestre, au final, ce n'est pas si grave si on se donne le temps, grâce au dédoublement, grâce aux méthodes pédagogiques innovantes, grâce au numérique, de continuer à travailler avec ces enfants.

Un plan de 15 millions d'euros, c'est nécessaire et suffisant ? Faut-il faire plus ?

Tout le monde doit faire plus. J'ai fait un appel à Microsoft, à Orange, à Free. Il ne suffit pas d'avoir un ordinateur, il faut une connexion Internet. L'heure est à la solidarité. Il faut que les grands opérateurs de téléphonie offrent des connexions 3G. Il faut continuer les dédoublements parce que les dédoublements ont fait leurs preuves. Il faut donner les moyens, probablement avoir un moratoire aussi sur les fermetures de classes pour la rentrée prochaine, pour que l'on se donne tous les moyens pour accompagner nos élèves vers la réussite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.