Cet article date de plus de deux ans.

Confinement : le chantier d'Ariane 6 en Guyane devrait redémarrer à la mi-mai

Initialement, les travaux pour Ariane 6 devaient être achevés à l'été 2020 pour que débutent les essais combinés du nouveau lanceur européen.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le chantier de la zone de lancement d'Ariane 6 au Centre spatial européen de Kourou (Guyane), le 5 mars 2020. (JODY AMIET / AFP)

Le titanesque chantier de la zone de lancement de la future Ariane 6 à Kourou (Guyane), à l'arrêt depuis le début du confinement pour endiguer le coronavirus, devrait bientôt reprendre. "On envisage le retour des équipes sur le chantier à partir de la mi-mai, sous réserve que la situation sanitaire continue de s'améliorer", a annoncé à l'AFP le président du CNES, Jean-Yves Le Gall, samedi 25 avril. Des "mesures particulières" seront prises (port du masque, distances de sécurité, etc.) pour cette reprise, qui concerne environ 300 personnes, dont 200 sont retournées en métropole quand le chantier s'est arrêté.

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct

"Si notre plan de retour en opération se passe bien, ça fera deux mois et demi d'arrêt du chantier et l'impact sur la livraison devrait être assez faible", espère le président du CNES, en charge de la construction de l'ensemble de lancement appelé "ELA 4", d'un budget de 600 millions d'euros. L'arrêt du chantier, le 16 mars, "ne nous a pas interdit, au niveau des bureaux d'études, de réfléchir à la façon de compresser les opérations pour que in fine, le retard sur le pas de tir soit inférieur à deux mois et demi", a-t-il détaillé.

Initialement, les travaux pour Ariane 6 devaient être achevés à l'été 2020 pour que débutent les essais combinés. Le vol inaugural de ce nouveau lanceur européen, spécialisé dans la mise en orbite de satellites de télécommunication, d'internet, et parfois d'observation de la Terre, était programmé "fin 2020". Pour l'heure, l'impact de l'arrêt des travaux à Kourou sur la date du vol inaugural n'est pas évalué. "Le chantier en Guyane n'est qu'un élément" du développement du lanceur, pour lequel d'autres activités ont dû être arrêtées en Europe. L'Agence spatiale européenne (ESA) fera le bilan global de la crise sanitaire sur le calendrier, a souligné Jean-Yves Le Gall.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.