Confinement : la ruée vers les merceries en Martinique pour fabriquer des masques

Le masque pourrait devenir obligatoire dans les transports et dans d'autres lieux : il va devenir indispensable après le 11 mai. La ruée vers les masques a déjà commencé en Martinique et ça se voit dans les merceries et les magasins de tissus qui ont pu rouvrir.

FRANCE 3

Le centre-ville de Fort-de-France (Martinique) n'aura jamais été autant animé depuis le début du confinement : dans certaines rues, les files d'attente longent littéralement le trottoir. Cet engouement est lié à la réouverture des magasins de tissu et des merceries, autorisée par le gouvernement. "On a mis des panneaux à l'entrée pour rappeler aux gens de respecter les gestes barrière", commente la gérante d'un magasin de tissus.

Les particuliers confectionnent leurs propres masques en tissu

Les masques de type chirurgicaux ou FFP2 se faisant très rares, les particuliers confectionnent leurs propres masques en tissu. "Là, il ne me reste plus rien donc je suis obligée de courir partout pour trouver du matériel", commente cette cliente. Rappelons qu'en Martinique, la demande est particulièrement forte puisque l'île compte très peu de couturiers.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un masque alternatif en tissu, cousu à la main pendant le confinement.
Un masque alternatif en tissu, cousu à la main pendant le confinement. (MATHIEU MENARD / HANS LUCAS VIA AFP)