"Ça va être une saison très spéciale" : le Top 14 de rugby débute dans un climat d'inquiétude à cause du coronavirus

Le championnat de rugby reprend dès vendredi avec le match Montpellier-Pau. Une saison avec de nombreuses incertitudes sanitaires mais aussi financières.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Lors du match amical entre Pau et Castres, le 27 août 2020. Les joueurs palois affrontent Montpellier en ouverture de la 1ère journée du Top 14 (photo d'illustration). (GAIZKA IROZ / AFP)

Week-end de reprise pour le Top 14 de Rugby. Le match entre le Stade Français et Bordeaux Bègles qui devait ouvrir la saison vendredi 4 septembre a été reporté. Plusieurs joueurs parisiens ont été contrôlés positifs au Covid-19. C'est donc la rencontre Montpellier-Pau qui va inaugurer ce championnat de France. Le coup d'envoi sera sifflé à 20h45. 

>> "On redémarre et il y a déjà des matchs reportés" : la difficile reprise du sport français au temps du coronavirus

Les équipes du Top 14 ont repris l'entraînement début juillet avec des mesures sanitaires très strictes : les joueurs sont régulièrement testés et les cas positifs écartés du groupe. Lundi, le président de la commission médicale de la Ligue nationale de rugby (LNR), Bernard Dufour, s'est adressé aux joueurs par visioconférence. Il leur a demandé d'être particulièrement vigilants : "Vous allez être testés de nouveau. Vous le savez, vous commencez à avoir les narines un petit peu usées par ces tests, mais on est obligé d'en passer par là. La réussite de notre reprise passera par le respect des gestes barrières."

Faites confiance à vos médecins et n'hésitez pas à aller les voir si vous avez le moindre doute. Ce qui est important, c'est que vous soyez en sécurité et que la circulation du virus s'arrête.

Bernard Dufour, président de la commission médicale de la LNR

lors d'une visoconférence avec les joueurs du TOP 14

Le report du match opposant le Stade Français et Bordeaux-Bègles n'est peut-être que le premier d'une longue série. Selon le protocole adopté par la Ligue, si trois cas positifs sont détectés au sein d'une équipe, la rencontre est reportée. Il va falloir composer avec l’incertitude. "Il va falloir être prêts, ne jamais être surpris parce que tout peut arriver, Grégory Aldritt, troisième ligne international du club de La Rochelle. On peut avoir un match annulé le jour même. Donc, c'est vrai que ça va être une saison très spéciale. À nous d'être compréhensifs et de savoir s'adapter à tout ça."

Un manque à gagner important avec la billeterie

À cette inquiétude sanitaire s'ajoute une inquiétude financière. Sauf dérogation, les clubs ne pourront pas accueillir plus de 5 000 spectateurs par match. Un manque à gagner catastrophique, alors que les clubs tirent près de 80% de leur budget de la billetterie. "On a le premier public d'Europe avec 25 000 spectateurs de moyenne, donc c'est assez catastrophique en termes financiers, indique Laurent Marti, le président de l'Union Bordeaux-Bègles. Mais il faut être clair, on a deux problèmes à régler pour le rugby français et le sport en général. C'est déjà est-ce que médicalement, avec ce Covid qui circule, on pourra jouer ? Si on peut jouer avec une jauge à 5 000 toute l'année sans aide de l'État nous ne tiendrons pas."

Concernant cette première journée, trois clubs ont obtenu une dérogation pour aller au-delà de la jauge de 5 000 spectateurs. C'est le cas notamment de Clermont, qui pourra accueillir le Stade Toulousain dimanche soir devant 10 000 personnes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.