Cet article date de plus d'un an.

"Ça va être la folie" : les buralistes redoutent la ruée sur les masques "grand public" dans le cadre du déconfinement, mais assurent qu'ils seront prêts

Depuis jeudi, les 24 000 bureaux de tabac de France commencent à vendre des masques "grand public". Si dans certaines régions ils sont déjà disponibles, les buralistes parisiens et leurs clients doivent encore attendre.

Article rédigé par
Édité par Camille Laurent - Benjamin Illy
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les buralistes sont autorisés à vendre des masques pour se protéger du Covid-19. (JEAN-FRANCOIS FREY / MAXPPP)

À l'approche du déconfinement, les buralistes peuvent officiellement vendre des masques à partir de jeudi 30 avril. Des masques "grand public" fabriqués en France, répondant aux normes AFNOR, réutilisables, lavables à 60 degrés. Les bureaux de tabac commencent à être approvisionnés, mais des disparités existent entre régions. À Paris, les habitants cherchent à s'équiper mais doivent encore patienter. 

Dans un bureau de tabac parisien où franceinfo s'est rendu, les clients sont en quête de cigarettes, de jeux à gratter, comme d'habitude. Et puis, il y a cette question de plus en plus fréquente : "Bonjour madame, j'aimerais savoir si vous avez reçu les masques ou pas encore ?" Réponse laconique de la buraliste : "Pas encore, mais bientôt. Le patron en a commandé la semaine dernière." Amal fait la tournée des buralistes de son quartier, sans succès. "Ça fait un moment qu'on attend, explique-t-elle, donc on peut encore attendre quelques jours. Et puis, c'est prévu pour le 11 mai donc ça va, on a du temps, restons calme."

"Les gens vont se jeter dessus"

On vendra des masques "dès qu'on en aura", explique José, buraliste. "Dès que les fournisseurs les ont, on les commande et deux jours après, on les a", complète-t-il. José se montre confiant et pense en avoir "avant le 11 mai". Mais "ça va être la folie, redoute le buraliste, les gens vont se jeter dessus. Ils vont arriver et dire 'j'en veux 15, 30, 50'. Donc c'est pas possible ça."  Alors comment gérer cet afflux à venir ? "Je pense qu'on va fournir maximum trois masques par personne", dit le buraliste avant de détailler le prix : "C'est comme en pharmacie, pour dix lavages le masque est entre 5 et 5,50 euros et pour 30 lavages entre 8 et 9 euros."

Deux millions d'unités déjà livrées aux buralistes

Pour approvisionner les bureaux de tabac, une plateforme a été créée la semaine dernière, explique le président de la Confédération nationale des buralistes. "Dans les 72 heures qui ont suivi [la création de la plateforme], plus de 11 000 buralistes ont passé commande. Nous avions un stock de démarrage de deux millions d'unités qui a été consommé dans le week-end et nous sommes en train aujourd'hui d'approvisionner notre réseau avec le temps que cela nécessitera", explique-t-il. Mais Philippe Coy se veut rassurant, les buralistes seront prêts.

Je rassure, les buralistes répondront à la demande dès la semaine prochaine pour le plus grand nombre des Français qui voudront s'approvisionner par notre canal.

Philippe Coy, président la Confédération nationale des buralistes

à franceinfo

Dans un premier temps, la Confédération nationale des buralistes demande que les ventes soient réservées aux professionnels, commerçants, artisans, afin de favoriser la reprise d'activité. Ensuite, bien sûr, il faudra élargir la clientèle et délivrer des masques à tous les particuliers d'ici le 11 mai.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.