"C'était comme les retrouvailles du 15 août" : l'exode massif des citadins à l'heure du confinement ne passe pas inaperçu

Les îles de la côte atlantique, notamment, ont été prises d'assaut ces derniers jours. Un débarquement très moyennement apprécié des riverains. Franceinfo vous raconte une semaine de tensions.

Un accès barré à une plage de l\'île de Ré, le 18 mars 2020. 
Un accès barré à une plage de l'île de Ré, le 18 mars 2020.  (XAVIER LEOTY / AFP)

L'île d'Yeu, enfin. Après 45 minutes de traversée depuis le continent, les passagers débarquent un à un du bateau. On a le sourire, les lunettes de soleil sur les yeux, et la valise à roulettes à la main. Nous ne sommes que le 15 mars mais c'est une ambiance estivale qui règne sur le petit caillou vendéen. "C'était un sketch ! Ils se faisaient la bise comme si c'était les retrouvailles du 15 août", s'agace une riveraine devant ce flot continu de "centaines de Parisiens" qui ont quitté à toute vitesse leur appartement, de peur d'y rester coincés le temps du confinement mis en place pour lutter contre l'épidémie de coronavirus.

>> Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

Pressentant l'annonce du président de la République, certains ont sauté dans un train. D'autres ont avalé, dans la nuit de dimanche à lundi, les 450 kilomètres qui les séparaient de leur résidence secondaire. A la compagnie de transport maritime Yeu Continent, la seule en activité à ce moment-là, on croule sous les appels. Au bout du fil, des clients à qui il faut absolument trouver une place. D'autres, plus fortunés, ont toqué à la porte de l'aérodrome local et des compagnies aériennes privées pour embarquer coûte que coûte dans un avion et rejoindre leur lieu de villégiature.

C'est le branle-bas de combat à tous les étages : une femme de ménage est appelée en catastrophe pour "préparer" la maison de famille. A Noirmoutier, l'île voisine, un habitant évoque "des voitures qui arrivaient par vague entière par le pont ou par le [passage du] Gois". Certains ont commandé des taxis en avance. A Belle-Île-en-Mer (Morbihan), un maire estime à un millier le nombre de nouveaux arrivants. "On a vu des afflux de résidents secondaires qui sont venus pour se protéger et quitter la ville, il y avait beaucoup de familles avec enfants", raconte-t-il. S'ils pensent retrouver le bon air de la mer, l'accueil du voisinage va pourtant être moins chaleureux, cette fois.

"Pour eux, ils sont en vacances !"

Leur présence est tout de suite remarquée. Les résidences secondaires de ces citadins bénéficient certes d'un jardin et de plus d'espace, mais les frigos sont vides. Il faut se ruer dans les supermarchés. "Il y a eu des comportements de type animal", raconte très remontée Fabienne, une habitante de l'île d'Oléron (Charente-Maritime). Cette professeure correctrice à domicile se souviendra longtemps de ses courses à l'Intermarché, lundi. "Il y avait une heure trente à deux heures de queue aux caisses avec des comportements... Je n'ai pas les mots, soupire-t-elle. Entre les gens qui étaient violents dans leurs propos et ceux qui voulaient 10 boîtes de paracétamol..."

Certains n'hésitent pas non plus à voir large, très large. "Je ne veux stigmatiser personne, mais on a eu un couple qui a fait un caddie de 850 euros de courses !", rapporte Thibault Grollemund, le maire du Palais, à Belle-île-en-Mer. "On va être réapprovisionnés, j'en appelle à la solidarité", ajoute celui qui vient tout juste d'être élu. Lui aussi parle de "tensions dans certains supermarchés, de bousculades" et d'"un climat un peu tendu" durant les premiers jours. Un sentiment partagé par cette employée d'un supermarché de l'île d'Yeu, qui préfère rester anonyme.

Lundi matin, ma première cliente est arrivée à la caisse avec deux caddies énormes. Il y en avait pour 600 euros. Elle a tout dévalisé.une employée d'un supermarché de l'île d'Yeu à franceinfo

"Je suis restée calme mais au fond de moi, j'étais agacée, poursuit cette employée. Elle m'a dit que ses enfants préparaient un concours et que c'était donc mieux qu'ils soient au calme. A la fin, elle m'a dit 'merci'. 'Moi, je ne vous remercie pas', lui-ai-je lancé tout bas." Elle n'a pas beaucoup digéré la réflexion de cette "Parisienne qui a exigé un service de drive car, dit-elle, 'c'est plus sûr'. Mais on va où ?" 

La frénésie alimentaire de certains a cependant pris fin rapidement. Mais d'autres comportements, en totale contradiction avec un strict confinement, ont pris le relais. Fabienne les résume en quelques mots : "Pour eux, ils sont en vacances !" Son mari travaille dans une jardinerie, encore ouverte, pour certains rayons et avec des horaires limités. "Les nouveaux venus ont acheté des planchas ou du terreau, des choses qui n'ont rien à voir avec des achats de première nécessité", peste-t-elle. Mercredi après-midi, le téléphone de l'enseigne n'a pas arrêté de sonner. "Est-ce que vous êtes ouvert, il me faudrait du charbon de bois pour le barbecue de ce soir ?" ou encore "Pourquoi vous n'êtes pas ouvert ? Il me faudrait des salades à repiquer".

Les plages de l'île sont également très fréquentées. "Dimanche [avant le confinement], on s'est promenés à la plage, on se serait crus en période d'été avec des enfants partout, des gens qui n'avaient aucune notion des distances à respecter", rapporte Fabienne. A l'île de Ré, le problème est identique. "Ils ont oublié, pour certains, qu'être confiné, c'était à la maison. Dans leur esprit, c'était plutôt 'je suis confiné sur l'île, à la mer'", indique Lionel Quillet, président de la communauté de communes de l'île de Ré.

"Les Parisiens, cassez-vous !"

Dans ce contexte, les tensions entre les deux camps ont été exacerbées les premiers jours. "Sur nos groupes de discussion, c'est 'Les Parisiens, cassez-vous !'", reprend Fabienne. 

Ceux qui sont là depuis des générations, s'ils avaient pu faire sauter le pont, ils l'auraient fait.Fabienne, habitante de l'île d'Oléron à franceinfo

Dans le camp d'en face, on sent bien que l'ambiance est plutôt fraîche. Philippe s'est "exilé" avec sa famille à La Couarde-sur-Mer, sur l'île de Ré depuis dimanche soir. "Ici, les locaux, dans leur très large majorité, voyaient d'un mauvais œil le débarquement des Parisiens." Cet habitant du 14e arrondissement raconte que depuis l'arrivée massive des gens de la capitale lundi, "tout a changé, on sent une méfiance évidente". Il fait aussi état de ces commerces qui lui "parlent à travers une vitre ou refusent d'ouvrir".

Tous ne considèrent pas cependant les nouveaux venus comme de dangereux pestiférés inconscients. "C'est un peu irresponsable, certes, mais les résidents secondaires ont aussi droit à leur liberté de mouvement pour choisir leur lieu", nuance Paul*, résident permanent de l'île de Ré. "Beaucoup disent grand mal de cette affluence massive mais il ne faut pas oublier qu'ils nous font vivre", rappelle cette figure locale.

Pourtant, certains exilés commencent déjà à avoir des regrets. Thomas, la trentaine, a aussi fui la capitale à toute vitesse. "Lundi matin, j'ai fait une valise à l'arrache, j'ai sauté dans un train et je suis rentré chez mes parents qui habitent dans la région Centre, confesse-t-il. Je ne me voyais pas passer cette période dans mon appartement parisien. Et puis ma mère voulait que je rentre aussi." Pour ne pas mettre sa famille en danger, il s'est "autoconfiné" dans sa chambre d'enfant pour y rester "une semaine". Mais, "à peine arrivé", il est rattrapé par "un sentiment bizarre". "Il y a eu ce début de polémique autour de ces connards de Parisiens qui ont quitté la capitale pour aller se mettre au vert", se souvient-il. 

J'ai lu un commentaire qui disait : 'Bande d'égoïstes, vous allez tuer vos parents !' Je me suis évidemment senti visé.Thomas, habitant parisienà franceinfo

Ces témoignages, notamment de soignants, l'ont "fait réfléchir", assure-t-il. Pause. Il avoue : "Oui, j'ai agi égoïstement. J'aurais dû me poser cinq minutes et réfléchir. Vivre pendant un mois dans un appartement de 24 mètres carrés, finalement, j'aurais pu le faire." Le jeune homme confie "ne pas avoir de remords pour le moment", mais il ajoute : "J'en aurai si je tombe malade". 

"L'hôpital ne dispose pas d'appareil respiratoire"

A La Rochelle (Charente-Maritime), certains professionnels de santé l'ont mauvaise. "Ça me rend dingue, s'énerve Pauline*, une infirmière. On est dans une situation où l'on ne peut pas se permettre ce genre de comportements. C'est hyper égoïste, ils n'ont pas pensé aux conséquences." 

On est dans une région qui était épargnée par les cas de coronavirus jusqu'à maintenant. Ça s'est produit en Italie, ils sont partis dans le Sud, on avait les moyens de contrer.Pauline, infirmière à La Rochelleà franceinfo

Car le risque de saturation médicale est bien réel. Localement, les structures ne sont pas dimensionnées pour recevoir autant de personnes. A La Rochelle, "on a une petite capacité de lits en réanimation, ça va être très compliqué", s'inquiète Pauline. Sur l'île de Ré, on a demandé la réactivation exceptionnelle de l'hôpital d'urgence d'été de Saint-Martin. C'est encore pire à l'île d'Yeu, où il n'y a que sept médecins pour 5 000 habitants et "l'hôpital ne dispose pas d'appareil respiratoire", rappelle à franceinfo son directeur, Youen Carpo. En cas d'urgence, il faut faire décoller un hélicoptère jusqu'à La Roche-sur-Yon (Vendée). "Un comble, peste une habitante. Ils auraient été mieux soignés en restant à Paris."

Le téléphone du préfet de la Vendée chauffe. Au bout du fil, des maires inquiets qui demandent de l'aide. Les premières mesures ne tardent pas. Lundi 16 mars, en début d'après-midi, un arrêté finit par tomber : "Les accès à l'île d'Yeu sont désormais limités aux Islais munis d'une carte de passage (résidents permanents) et aux personnes remplissant une fonction essentielle au système de santé et à la continuité de la vie et de l'activité sur l'île."

Quatre jours plus tard, jeudi, nouveau communiqué. Cette fois, c'est l'accès à toutes les plages vendéennes qui est interdit. Les collègues de l'arc méditerranéen suivent, puis ceux de Charente-Maritime. Sur le pont de l'île de Ré, justement, on vérifie que ce sont bien des résidents qui entrent. A chaque fois, le même avertissement des forces de l'ordre : "Vous ne repartirez pas avant la fin du confinement." Même vigilance sur la petite île d'Aix, où les gendarmes se positionnent sur le port "pour s'assurer que ceux qui embarquent y viennent pour une bonne raison", assure le maire, Alain Burnet. Chez lui aussi les liaisons maritimes ont été réduites à peau de chagrin. "On ne souhaite pas que les gens viennent se promener sur les plages", dit-il. Avec ses 250 habitants, l'île a jusque-là été préservée du débarquement parisien. Et compte bien le rester.

* Les prénoms ont été modifiés à la demande des intéressés

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Eclairage. Coronavirus : cinq questions qui se posent si vous ne pouvez pas télétravailler

• Infographies. Cas confirmés, mortalité, localisation... L'évolution de l'épidémie en France et en Europe

•Témoignages. Coronavirus : "Le journal des confinés, épisode 1" Aurélie, directrice de crèche et mère de deux enfantss

Reportage. VIDEO. Coronavirus : Mulhouse, une ville sous tension depuis le début de l'épidémie

• VIDEO. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation