REPLAY. Face au coronavirus, "nous sommes en guerre", déclare Emmanuel Macron. Regardez l'intégralité de l'allocution du président de la République

Le dernier bilan, dimanche soir, faisait état de 127 morts et 5 423 personnes testées positives, soit 36 morts et plus de 900 cas diagnostiqués supplémentaires en 24 heures.

franceinfo
Ce qu'il faut savoir

Annonces présidentielles, acte 2. Emmanuel Macron s'est adressé de nouveau aux Français, lundi 16 mars, après avoir réuni un Conseil de défense face à l'accélération de l'épidémie de coronavirus. Confinement, report des municipales, réformes suspendues, fermeture des frontières Schengen, mesures pour soutenir les entreprises ou encore construction d'un hôpital de campagne en Alsace... Le président de la République a annoncé une série de mesures fortes pour les citoyens ainsi que pour les entreprises.

"Dès demain midi et pour 15 jours au moins nos déplacements seront fortement réduits", a annoncé le président de la République au début de sa prise de parole. Et ce pour "limiter au maximum les contacts" et lutter contre l'expansion du coronavirus, a expliqué Emmanuel Macron. Une mesure inédite dans l'histoire récente de la France, adoptée parce que le pays "est en guerre" contre la pandémie du coronavirus.

"Jamais la France n'avait eu à prendre de telles décisions par temps de paix", a lancé le président dans sa seconde allocution solennelle en cinq jours, soulignant que "nul ne peut savoir" combien de temps va durer l'épidémie. Il ne sera ainsi plus possible de "retrouver ses amis ou aller au parc", et "seuls doivent demeurer les transports absolument nécessaires", "pour se soigner", faire ses courses ou encore "aller au travail quand le travail à distance n'est pas possible", a détaillé le chef de l'Etat. "Toute infraction à ces règles sera sanctionnée", a-t-il averti.

Le report du second tour des élections municipales et des mesures de soutien à l'économie

Emmanuel Macron a également annoncé le report du second tour des élections municipales, sans confirmé la date du 21 juin, évoquée par plusieurs responsables politiques dans l'après-midi.

Parmi les autres décisions annoncées au cours de cette allocution de 20 minutes, figure la suspension de "toutes les réformes en cours", à commencer par celle des retraites, et des mesures de soutien à l'économie. Il a ainsi une garantie des prêts bancaires accordés aux entreprises à hauteur de 300 milliards d'euros, ainsi qu'un "dispositif exceptionnel de report de charges fiscales et sociales, de soutien ou report d'échéances bancaires et de garanties de l'Etat à hauteur de 300 milliards d'euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques".

Les loyers et les factures d'eau, de gaz et d'électricité "devront être suspendus" pour les plus petites entreprises qui rencontrent "des difficultés", a-t-il également annoncé. Ces entreprises n'auront "rien à débourser ni pour les impôts, ni pour les cotisations sociales", a-t-il ajouté, en annonçant qu'un fonds de solidarité "pour les entrepreneurs, commerçants, artisans" serait créé et "abondé par l'Etat".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MACRON

21h54 : Fallait-il adopter un confinement plus strict ? Interrogé par franceinfo, l'Elysée indique que les mesures annoncées par Emmanuel Macron sont inspirées du "confinement à l'italienne". Juste après la déclaration de Christophe Castaner, le gouvernement va diffuser un guide pratique sur les mesures de confinement.

21h46 : De même pour la question de la garde des enfants pour les parents séparés que vous étiez nombreux à nous poser. Sibeth Ndiaye a expliqué, sur France 2 : "les parents qui partagent la garde pourront échanger les enfants comme c'est le cas aujourd'hui".

21h45 : Vous étiez nombreux à nous interroger sur les cérémonie funéraires. Interrogée sur ce point, la porte-parole du gouvernement explique : "à ce stade, elles ne sont pas interdites", tout en précisant que les dispositions mises en place seront "rapidement précisées".

21h40 : Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, s'exprime en direct sur France 2. C'est à suivre ici.

21h34 : Christophe Castaner doit s'exprimer d'une minute à l'autre

21h33 : Quand vont s exprimer soit CCASTANER soit E PHILIPPE pour préciser exactement les mesures de confinement Couvre feu ou pas? Merci pour votre travail

21h07 : Même son de cloche à droite, où Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, appelle "à plus de clarté sur le confinement".

20h57 : Comme plusieurs d'entre vous, le secrétaire national du Parti communiste, Fabien Roussel, trouve que les mesures de confinement ne sont pas assez strictes.

20h51 : "Nous sommes en guerre." Si vous l'avez raté, voici l'allocution d'Emmanuel Macron en intégralité :

20h24 :

"Mes chers compatriotes, je sais que je peux compter sur vous. Vive la république et vive la France !"

20h24 : "Nous serons plus forts moralement, nous aurons appris, et j'en tirerai les conséquences."

20h25 : "Beaucoup de choses que nous pensions impossibles adviennent, mais retenons ça. Le jour d'après, quand nous aurons gagné, nous ne reviendrons pas au jour d'avant."

20h39 :

"Mes chers compatriotes, la France vit un moment très difficile, nul ne peut en prévoir précisément la durée (...). Régulièrement, je m'adresserai à vous, je vous dirai à chaque fois la vérité sur l'évolution (...). Je vous demande de ne céder ni à la peur, ni à la panique. Nous gagnerons."

20h20 : "Le dispositif de chômage partiel sera massivement élargi. Pour les entrepreneurs, un fonds de solidarité sera créé."

20h22 : "Aucune Française, aucun Français, ne sera laissé sans ressources : report de charges fiscales, soutien au report d'échéances bancaires, garanties de l'Etat à hauteur de 300 milliards d'euros... "

20h39 : "Dès demain, les factures d'électricité, de gaz et les loyers seront suspendus" pour les entreprises, annonce Emmanuel Macron.

20h16 : "Nous avons décidé de réserver les masques pour l'hôpital et la médecine de ville. Des masques seront livrés dès demain dans les 25 départements les plus touchés. Mercredi dans le reste du territoire."

20h15 :

#CORONAVIRUS "Dès demain, les taxis et les hôtels pourront être mobilisés" pour les soignants, annonce Emmanuel Macron.

20h14 : "Je sais que je vous demande de rester chez vous, de garder le calme dans ce contexte. J'ai vu des phénomènes de panique en tous sens, nous devons avoir un esprit de responsabilité.

20h13 : "Je mesure l'impact de toutes ces décisions sur nos vies. Cela ne doit pas nous empêcher de garder un lien, d'organiser aussi les choses avec nos voisins, d'inventer de nouvelles solidarités entre générations."

20h12 : "J'appelle tous les acteurs politiques, économiques, sociaux, associatifs, à s'inscrire dans cette union nationale. Nous sommes en guerre."

20h12 :

"Toutes les réformes en cours sont suspendues, à commencer par la réforme des retraites."

20h11 : "Nous sommes en guerre. En guerre sanitaire certes, nous luttons ni contre des armées, ni contre une autre nation. Mais l'ennemi est là, invisible, et il progresse."

20h11 : "Seuls doivent demeurer les trajets nécessaires pour aller faire ses courses, en gardant une distance d'au moins un mètre, les trajets nécessaires pour se soigner, pour aller travailler quand le travail à distance n'est pas possible."

20h08 : #CORONAVIRUS Emmanuel Macron annonce le report du second tour des municipales. Il devait initialement avoir lieu dimanche prochain. #MUNICIPALES

20h08 :

"Le gouvernement précisera les dispositons après mon allocution (...) Toutes infractions à ces règles sera sanctionnées."

20h07 :

#CORONAVIRUS "Les regroupements extérieurs et les réunions familiales ne seront plus permises", annonce Emmanuel Macron

20h07 : #CORONAVIRUS "Dès demain midi et pour 15 jours au moins, nos déplacements seront très fortement réduits", annonce Emmanuel Macron

20h07 : "Faisons preuve d'esprit solidaire et de sens des responsabilités."

20h07 : "Même si vous n'avez aucun symptôme, vous êtes peut-être contaminé et vous pouvez contaminer les autres."

20h05 : "Mais dans le même temps, nous avons pu voir des gens dans des bars, dans des parcs. A tous ceux qui ont ont eu ce comportement de braver les consignes, je veux dire : vous ne vous protégez pas vous et vous ne protégez pas les autres."

20h02 : "J'avais pris la décision de maintenir le premier tour. Grâce à vous, le scrutin a pu se tenir."

20h02 : "Jamais la France n'avait dû prendre de tel décision. Elles ont été prises avec ordre, sur la base de recommandations scientifiques avec un seul objectif : nous protéger."

20h03 : #CORONAVIRUS "Jeudi soir je me suis adressé à vous sur la crise sanitaire qui traverse notre pays. L'épidémie de Covid-19 était peut-être pour vous une réalité lointaine, elle est aujourd'hui immédiate."