À partir du 11 mai, la France connaîtra une "levée progressive du confinement" pendant plusieurs semaines, plutôt qu'un déconfinement, indique Christophe Castaner

Le ministre de l'Intérieur a évoqué les modalités de la levée du confinement dans l'émission "Questions politiques" sur France Inter, franceinfo et Le Monde dimanche 10 mai.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Christophe Castaner, le 7 mai 2020, à l'Hôtel Matignon, à Paris. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL)

Appelé à dire si la période qui va commencer à partir du 11 mai est un "déconfinement" ou non, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner parle d'une "levée progressive du confinement" et d'une "nouvelle étape dans la lutte contre l'épidémie" de coronavirus qui "va durer plusieurs semaines", dimanche dans l'émission "Questions politiques" sur France Inter, franceinfo et Le Monde.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dans notre direct

"Le succès du déconfinement ne repose pas sur les masques et sur les tests, poursuit-il. Il repose sur le respect des gestes barrières", les masques "sont des outils au service de la protection des Français." Selon le ministre de l'Intérieur, 1,3 milliard de masques ont été importés en France depuis le début de la crise sanitaire. "Oui, il y a des tensions sur les masques", reconnaît Christophe Castaner.

N'utilisons pas les masques en nous disant qu'il n'y a plus de problème de masques : j'en appelle là aussi à la responsabilité et l'exemplarité du comportement des gens.

Christophe Castaner

à franceinfo

"Protégez vos grands-parents", recommande-t-il, tout en rappelant que les grands-parents sont libres de circuler sur le territoire. "Les grands parents sont peut-être les personnes qui, compte tenu de leur âge et du risque qu'il y ait d'autres causes de comorbidité, sont les plus élevées à attraper le virus", explique Christophe Castaner. "Moi, là, je parle comme papa, je pense que peut-être il vaut mieux attendre un mois ou deux plutôt que de proposer à ses grands-parents qui sont en province, de venir nous voir à Paris pour voir le petit dernier qui est né et de s'exposer dans un département qui est encore rouge à un risque" de contamination, explique-t-il.

Le ministre de l'Intérieur a par ailleurs annoncé la mobilisation de quelque 20 000 policiers et gendarmes pour la sécurité dans les transports sur l'ensemble du territoire national.

Ils seront mobilisés pour réguler l'ordre public, pas pour contrôler les tickets ou les attestations.

Christophe Castaner

à franceinfo

Christophe Castaner a évoqué la question des 1,5 million de Français qui vivent à l'étranger. "Jamais nous n'interdirons à un Français de revenir en France. On pourrait décider d'imposer, en fonction du pays d'où il vient, une mesure d'isolement ou de quarantaine", déclare le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. En revanche, "je n'encourage pas la mobilité des touristes au sein de l'Europe et au sein du monde".

Alors que de nombreux Français ont tendance à baisser leur masque sur leur cou, le ministre de l'Intérieur estime que dans ce cas, "on est un peu imbécile, si vous avez un masque qui vous protège la gorge, ça s'appelle une écharpe et ça n'a pas beaucoup d'utilité". En revanche, il ne précise pas si c'est un motif de verbalisation ou non.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.