"Quand on le regarde de près, on le reconnaît facilement" : ce qu'il faut savoir sur le moustique-tigre

Une alerte rouge aux moustiques-tigres a été déclenchée dans 42 départements, soit 9 de plus que l'an dernier. Stéphane Robert, président de Vigilance Moustiques, est revenu en détail sur les caractéristiques de cet insecte, vendredi pour franceinfo.

Un moustique-tigre, à Nice dans les Alpes-Maritimes, le 29 septembre 2015.
Un moustique-tigre, à Nice dans les Alpes-Maritimes, le 29 septembre 2015. (VALERY HACHE / AFP)

Il est de retour. Après avoir inoculé le virus du chikungunya à 17 personnes en Provence-Alpes-Côte-d’azur l'an dernier, le moustique-tigre est réapparu en France. Une alerte rouge a même été déclenchée, jeudi 26 avril, dans 42 départements, soit 9 de plus que l'an dernier. Il s'agit essentiellement du Sud, mais pour empêcher la prolifération de cet insecte en raison d'un hiver relativement doux et très pluvieux, ainsi qu'une vague de chaleur la semaine dernière, certaines mesures sont de rigueur. Stéphane Robert, président de Vigilance Moustiques, explique comment  reconnaître le moustique-tigre, le débusquer ou encore s'en protéger.

franceinfo : Comment reconnaître le moustique-tigre ?

Stéphane Robert : C'est un moustique particulier qui est noir avec des rayures blanches. Il est vecteur potentiel de virus comme la dengue, le chikungunya et le zika, c'est pour cela qu'on fait attention à lui, en France en particulier. Il est tout petit, c'est quelques millimètres. Il est plus petit qu'une pièce de 1 centime par exemple. Il faut le regarder de près, mais quand on le regarde de près, on le reconnaît facilement.

Comment prolifère-t-il ?

Il ne vole pas très loin de son point d'origine. Il faut veiller à ce que dans notre environnement proche, il n'y ait pas trop d'eaux stagnantes. Il suffit de quelques millilitres d'eaux dans un bouchon, dans une soucoupe ou sous un pot pour qu'un moustique-tigre femelle puisse pondre des centaines d'œufs. Il faut vraiment être vigilant.

L'information sur le sujet est-elle suffisante ?

Les gens ne savent pas assez si le moustique-tigre est présent dans leur département par exemple et ils ne savent pas le reconnaître. Pour éviter sa prolifération, il faut déjà savoir le reconnaître et ensuite connaître les gestes pour éviter qu'il se multiplie. Quand on en voit un, c'est bien de le déclarer. Il faut prendre une photo et l'envoyer à un organisme agréé ou sur vigilance-moustiques.com. Cela permet à la veille sanitaire de progresser et de savoir partout où il est.

Comment lutter efficacement contre ?

C'est un combat national. Chacun à titre particulier doit éviter qu'il prolifère chez soi. Les pouvoirs publics ne peuvent entrer dans vos jardins, dans vos appartements, dans vos gouttières etc. C'est ce qu'on appelle la veille citoyenne. Sinon, il y a des organismes publics qui couvrent toute la France sur des sites comment signalement-moustique.fr ou vigilance-moustiques.com. Dès qu'une déclaration est faite, elle est authentifiée et ensuite, il y a une lutte, c'est-à-dire qu'on va dans le quartier où le moustique a été déclaré. Il y a une lutte antivectorielle. On bombarde d'insecticide. On fait attention à ce que les moustiques-tigres ne transmettent pas les virus dont ils sont porteurs.

Est-il forcement porteur d'un virus ?

Le moustique-tigre doit être porteur du virus pour le transmettre. Il faut d'abord qu'il ait piqué quelqu'un qu'il l'a. Généralement, il s'agit de quelqu'un qui vient des Antilles ou une zone où il y a une épidémie de dengue par exemple. Cette personne vit en France. Le moustique-tigre le pique. À ce moment-là, il est porteur du virus, ensuite il peut le transmettre.