Bronchiolite : "On n'est plus capables de faire face à un pic épidémique", dénonce la présidente de la Société française de pédiatrie

Une violente épidémie de bronchiolite frappe la France saturant les services de pédiatrie dans tout le pays.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des soignantes au chevet d'un enfant atteint de bronchiolite à Bry-sur-Marne, le 8 décembre 2021. (ALINE MORCILLO / HANS LUCAS / VIA AFP)

"On n'est plus capables de faire face à un pic épidémique", a dénoncé mardi 1er novembre sur franceinfo Christèle Gras-Le Guen, présidente de la Société française de pédiatrie, alors que les services de pédiatrie sont actuellement saturés dans tous le pays en raison d'une violente épidémie de bronchiolite. "La tension est partout", assure la cheffe du service des urgences pédiatriques du CHU de Nantes, expliquant que "notre capacité à accepter des nouveaux malades est totalement dépassée".

"Nous sommes dans une situation qui est totalement historique. Cette année, cette épidémie est sans commune mesure."

Christèle Gras-Le Guen, présidente de la Société française de pédiatrie

à franceinfo

Christère Gras-Le Guen dénonce également le fait que "tout le système de santé de l'enfant est négligé depuis des années". Elle demande "du personnel" car "ce n'est pas parce que ce sont des enfants qu'ils ont des petites maladies". Depuis le début du mois d'octobre, "31 enfants ont été transportés hors de l'Ile-de-France" en raison de la saturation des services de réanimation pédiatriques dans les hôpitaux franciliens, a annoncé mardi le ministre de la Santé François Braun, après une visite à l'hôpital Necker à Paris.

Une réunion prévue mercredi portera sur "l'avenir de la filière de pédiatrie", a-t-il également annoncé, rappelant aussi qu'une aide financière de 150 millions d'euros à destination de plusieurs services hospitaliers a été promise il y a une dizaine de jours. .

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Maladie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.