Allergie : à cause de la canicule, l'ambroisie diffuse ses premiers grains de pollen plus tôt

Cet été, les fortes concentrations de pollen d'ambroisie dans l'air arrivent dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, avec une bonne semaine d'avance à cause des fortes chaleurs. 1 Français sur 5 est allergique à cette plante invasive qui peut transformer vos vacances en cauchemar.

Article rédigé par
édité par Phéline Leloir-Duault - Solenne Le Hen
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un adulte sur trois et un enfant sur cinq sont allergiques à l'ambroisie en France. Image d'illustration. (ROLLAND QUADRINI / MAXPPP)

Attention à l'ambroisie cet été ! Si vous y êtes sensibles, vous risquez d'éternuer, d'avoir les yeux qui piquent, le nez qui coule et des difficultés à respirer, alerte le Réseau national de Surveillance Aérobiologique. À cause des fortes chaleurs des dernières semaines, ce réseau associatif estime que les allergies dues au pollen d'ambroisie vont débuter à partir du 9 août dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, soit avec une bonne semaine d'avance sur les étés précédents.

"On a déjà eu des premiers grains de pollen fin juillet, donc c'est vrai que c'est un peu plus avancé lié à cette canicule", explique Samuel Monnier, du Réseau national de Surveillance Aérobiologique.

La canicule rend l'ambroisie plus forte et plus résistante. "Le changement climatique et la hausse des températures favorisent vraiment la croissance des plantes qui émettent plus de pollens dans l'air. Sur nos capteurs, on a une augmentation des quantités de pollens au cours des 30 dernières années", confirme Samuel Monnier. "On pensait qu'à certains endroits, elle crèverait, ironise-t-il. Malheureusement, elle résiste très bien à la canicule, elle pousse très bien et elle entre en floraison."

Présente dans presque tout le Sud

Attention donc au pollen d'ambroisie, qui est très allergisant : un adulte sur trois et un enfant sur cinq y sont allergiques. Côté symptômes : "Ce sont des rhinites, donc le nez qui coule, des conjonctives, les yeux qui piquent, qui sont rouges, qui sont larmoyants. On a des de la toux, des difficultés à respirer, des crises d'asthme pour les cas les plus graves", énumère Samuel Monnier. Jusqu'alors cantonnée à la région Auvergne Rhône-Alpes, notamment dans la vallée du Rhône, cette plante invasive s'étend depuis quelques étés. 

"Elle gagne du terrain malheureusement dans d'autres régions, comme en Bourgogne, Franche-Comté, en Nouvelle-Aquitaine. On peut la retrouver aussi en Occitanie et elle est aussi présente dans le nord de la région PACA."

Samuel Monnier

à franceinfo

Certains territoires sont à l'inverse peu touchés par cette plante : "On la retrouve beaucoup moins dans le Nord, dans le Grand Ouest et en Bretagne, mais aussi autour de la Méditerranée : dans le Sud et le Sud-Est, elle est peu présente", développe Samuel Monnier. Le pic de pollen et donc d'allergie est attendu d'ici une vingtaine de jours.

Le Réseau de Surveillance Aérobiologique recommande d'arracher l'ambroisie et ses racines quand vous en trouvez, ou de signaler sa présence à votre mairie via le site signalement-ambroisie.fr ou le numéro de téléphone dédié 0 972 376 888 (prix d'un appel local).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Maladie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.