La Guyane est mobilisée contre le virus Zika

Avec la saison des pluies qui arrive, le risque d'épidémie sera plus élevé en Guyane. Une équipe de France 3 s'est rendue à St-Laurent-du-Maroni pour faire le point.

Il suffit d'un peu d'eau stagnante pour que le moustique, vecteur du virus Zika, prolifère autour des maisons. "Avec la saison des pluies, il y aura une grosse épidémie. Il y aura plus de moustiques donc il faudra être plus vigilant à ce moment-là avec les réservoirs d'eau", indique Chafara Asosie, travailleuse sociale.

4 000 cas recensés

Mais sur place il n'y a pas de psychose, même chez ceux qui ont contracté la maladie. "Nous on a eu la dengue en Martinique, le Zika ce n'est rien à côté", relativise une femme. Les services de démoustication ont installé des pièges biologiques dans tous les lieux qui accueillent des femmes enceintes. Car celles-ci sont les plus vulnérables au virus Zika. Près de 4 000 cas ont été recensés en Guyane. Face à cette maladie, il n'existe aucun vaccin ni de médicament spécifique. Les seules armes restent la prévention et la lutte contre les moustiques.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un moustique tigre, responsable de la transmission du virus Zika, est étudié dans un laboratoire de Cali (Colombie), le 25 janvier 2016.
Un moustique tigre, responsable de la transmission du virus Zika, est étudié dans un laboratoire de Cali (Colombie), le 25 janvier 2016. (LUIS ROBAYO / AFP)