Cet article date de plus d'un an.

Santé : le cri d'alarme des services pédiatriques

Publié
Santé : le cri d'alarme des services pédiatriques -
Santé : le cri d'alarme des services pédiatriques Santé : le cri d'alarme des services pédiatriques - (FRANCEINFO)
Article rédigé par franceinfo - F. Bouquillat, A. Chopin, E. Meyer, L. Courté, S. Guillemot, C. Cormery, C. Pary, P. Wursthorn, B. Bervas
France Télévisions

Les services de pédiatrie, fortement touchés par l'épidémie de bronchiolite, sont saturés. Plus de 30 enfants ont dû être transférés en dehors de l'Île-de-France, faute de place.

Un bébé de sept semaines à la respiration sifflante a été filmé par sa maman, Adelaïde Enlart, à l'hôpital de Reims (Marne). C'est là que la petite Mona a été transférée de Paris pour une bronchiolite, le week-end du samedi 29 octobre. Après une nuit aux urgences de l'hôpital Necker, la mère a appris que sa fille ne pourrait pas rester. "On est revenus nous voir en nous disant : 'Cette fois, vous n'avez pas le choix, ce sera Reims (...), on ne peut pas vous le garder ici, on n'a pas la place'", raconte Adelaïde Enlart. 

Les pédiatres dénoncent une mise en danger des enfants

La mère de Mona parle de la "sidération de voir son bébé dans cet état-là". "On ne l'avait jamais vue comme ça, et on nous dit qu'il faut qu'on s'éloigne de chez nous", ajoute-t-elle. Depuis huit jours, l'hôpital de Reims a accueilli 11 bébés comme Mona, transférés des hôpitaux franciliens, faute de place. Une situation insupportable pour les familles mais aussi pour les médecins et personnels de pédiatrie, qui dénoncent une mise en danger des enfants. En province, les services de pédiatrie sont également surchargés, comme au CHU de Bordeaux (Gironde), où des enfants ont dû être installés dans une salle d'attente.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.