"Jean Castex a compris que, pour la réélection d’Emmanuel Macron, le dossier hôpital public sera fondamental", espère le Collectif inter-hôpitaux

Olivier Milleron, cardiologue, membre du Collectif inter-hôpitaux, réclame une augmentation des salaires à l’issue du Ségur de la santé, mais aussi un changement de mode de financement de l'hôpital public.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre Jean Castex, le 4 juillet 2020 à Coudray-Montceaux (Essonne). (THOMAS COEX / AFP)

"J’imagine que Jean Castex a compris que, pour la réélection d’Emmanuel Macron, le dossier hôpital public sera fondamental", a déclaré lundi 6 juillet sur franceinfo Olivier Milleron, cardiologue, membre du Collectif inter-hôpitaux. "Je ne vois pas comment il pourrait ne pas respecter les engagements du président", a-t-il ajouté. Le nouveau Premier ministre affirme souhaiter conclure le Ségur de la santé "la semaine prochaine" et régler "à court terme" le dossier des retraites, dans un entretien publié dimanche 5 juillet dans le JDD.

"Il faut que tout cela se traduise en actes"

"Emmanuel Macron a eu des discours très forts au cœur de la crise du Covid sur un grand plan de rattrapage pour l’hôpital public", a rappelé Olivier Milleron, "sur l’Etat providence qui n’est pas un coût mais un bien précieux pour tout le monde." "Il faut que tout cela se traduise en actes", faute de quoi "on va repartir dans une situation difficile et dans des conflits."

Le Collectif inter-hôpitaux espère une augmentation des salaires à l’issue du Ségur de la santé. "Les revalorisations sont obligatoires et on espère qu’il ne va pas y avoir de déceptions de ce côté-là, que ça ne va pas être le rabot par rapport à ce qu’on demandait, c’est-à-dire 300 euros nets pour les plus bas salaires", a ajouté Olivier Milleron. Il a dit souhaiter également "une vraie modification de la façon dont le politique et le gouvernement parlent de l’hôpital public dans ce pays." Il a appelé enfin à "changer le mode de financement" de l’hôpital public, en se fondant "sur des bases de besoins de soin de la population, et pas sur des mesures comptables décidées à Bercy."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.