Bronchiolite : la Société française de pédiatrie recommande de "limiter les visites au cercle des adultes très proches"

Le pic de l'épidémie de bronchiolite "devrait être d'ici trois à quatre semaines", selon Christèle Gras-Le Guen, présidente de la Société française de pédiatrie ce jeudi sur franceinfo, alors que 11 régions métropolitaines sont en alerte rouge à la maladie. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le service de pédiatrie de l'hôpital Pasteur de Colmar fait face à une importante vague de bronchiolite touchant des enfants en bas âges, le 20 octobre 2021.  (HERVÉ KIELWASSER / MAXPPP)

Il faut "limiter les visites au cercle des adultes très proches, non malades", a recommandé Christèle Gras-Le Guen, présidente de la Société française de pédiatrie, et cheffe du service des urgences pédiatriques du CHU de Nantes, jeudi 28 octobre sur franceinfo, alors que la bronchiolite poursuit sa progression en France. 11 des 13 régions métropolitaines sont en alerte rouge, et plus d'un millier d'enfants de moins de deux ans ont été hospitalisées la semaine dernière.

Christèle Gras-Le Guen conseille aussi, "dans la mesure du possible", de ne pas prendre les transports en commun, de ne pas aller au supermarché ou au restaurant avec les bébés, et d'éviter les grandes fêtes de famille.

franceinfo : On part vers une épidémie de quel niveau cette année, après une année 2020 blanche, grâce aux gestes barrières ?

Christèle Gras-Le Guen : L'année dernière, on s'est aperçu que quand les adultes étaient protégés, les enfants n'attrapaient pas les virus. Alors que les tout petits, eux, n'étaient pas masqués et n'avaient pas de gestes barrières à respecter. Aujourd'hui, l'idée serait de pouvoir protéger les enfants, comme on a demandé de protéger leurs aînés. Il faut des mesures de bon sens pour protéger les enfants des virus, et donc limiter les visites au cercle des adultes très proches, et surtout des adultes non malades. Si les parents tombent malades, il faut qu'ils portent un masque pour éviter de contaminer l'enfant, le temps que le virus s'élimine.

Vous dites aussi qu'on ne doit pas faire les courses, prendre les transports en commun ou aller au restaurant avec son bébé...

Tout à fait. Ce sont effectivement des endroits où les virus circulent beaucoup, et qui n'ont absolument aucun intérêt pour un jeune enfant de moins de deux mois. Dans la mesure du possible, il faut s'organiser pour éviter les endroits où il y a beaucoup de monde, et bien évidemment aussi les grandes fêtes de famille. On peut voir les grands-parents, mais si les aînés sont malades, ce n'est probablement pas le bon moment. Il faut attendre que tout le monde soit en forme. Mais on n'est pas du tout dans les mêmes mesures que pour le Covid-19. Il ne s'agit pas de se confiner. Il faut juste garder à l'abri des virus ces enfants, le temps qu'ils soient suffisamment solides pour pouvoir y résister. Ce sont vraiment les deux premiers mois de vie qui conduisent les enfants à des formes graves de la maladie.

Aujourd'hui, 11 régions sur 13 sont en alerte rouge à cette bronchiolite. La Bretagne et la Corse sont toujours en orange. Quand doit-on atteindre le pic de l'épidémie ?

Il devrait être d'ici trois à quatre semaines. Mais comme il y a déjà une très forte activité dans les services, l'idée est de déjà prévenir les familles, leur dire tout ce qui peut être fait pour éviter les infections. Si l'enfant est infecté, essayez de trouver une alternative aux urgences, ne pas y aller directement, sauf pour les tous petits, les moins de deux mois. Les services sont saturés, même s'il nous reste des lits d'hospitalisation pour les cas les plus graves.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hôpital

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.