En Colombie, les mines antipersonnel ont fait plus de 11 000 victimes depuis 1990

Fortement affectée par la violence armée, la Colombie est l’un des pays les plus minés au monde. L’association Handicap International tente de venir en aide aux nombreuses victimes.    

11 100 victimes de mines antipersonnel ont été recensées en Colombie depuis 1990. Parmi celles-ci, 50% sont des civils, 26% des enfants. La Colombie est l’un des pays les plus minés au monde. La raison : 50 ans de guerre civile entre le gouvernement et différents groupes armés. Parmi les milliers de victimes de ce fléau, la majorité des survivants souffrent d’un handicap. C’est le cas d’un jeune Colombien de 15 ans qui, depuis l’exposition d’une mine à côté de lui, a « une blessure au bras, une autre au pied, et là on m’a enlevé un petit peu de peau pour en mettre ici. »

Handicap International au secours des victimes

L’association Handicap International a décidé d’apporter un appui aux organisations de personnes handicapés. Elle intervient dans une dizaine de départements colombiens et tente d’apporter une assistance aux victimes. Elle travaille notamment à l’amélioration et à l’accessibilité des services de réadaptation. 

Par ailleurs, elle tente d’informer la population et de déminer le pays. Mais la tâche est difficile car la Colombie est pays montagneux et beaucoup de chemins sont inaccessibles dans les zones rurales.

En Colombie, les mines antipersonnel ont fait plus de 11 000 victimes depuis 1990
En Colombie, les mines antipersonnel ont fait plus de 11 000 victimes depuis 1990 (BRUT)