Grippe : le vaccin moins efficace à cause d'un incident de fabrication

A cause d'un problème dans la préparation du vaccin, son efficacité a été de 50% cet hiver au lieu de 75% habituellement. 

Un patient se fait vacciner contre la grippe, le 6 décembre 2010 à Avignon (Vaucluse).
Un patient se fait vacciner contre la grippe, le 6 décembre 2010 à Avignon (Vaucluse). (MAXPPP)

Si vous avez été vacciné cette année contre la grippe, sachez que vous avez été moins bien protégé cet hiver que lors des années précédentes. Le Nouvel Observateur révèle, mardi 2 avril, qu'en raison d'un incident lors de sa fabrication, le vaccin 2012-2013 a eu une efficacité de 50%, au lieu de 75% habituellement. "C'est la première fois dans l’histoire des vaccins commercialisés que cela se produit", souligne Le Nouvel Obs.

Comment fabrique-t-on le vaccin contre la grippe ?

Tous les ans, des scientifiques de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) choisissent les souches de virus grippal les plus susceptibles de se développer pendant l'hiver. Ces souches sont cultivées dans des œufs embryonnés de poule, avant d'être utilisées pour les vaccins par les laboratoires pharmaceutiques.

Que s'est-il passé cette année ?

C'est lors de cette première phase de fabrication du vaccin que s'est produit un incident. Durant la culture sur œuf, l'une des trois souches du vaccin 2012-2013 s'est transformée. Résultat : "Elle ne correspondait plus tout à fait à la souche de virus sélectionnée au départ pour composer le vaccin de cette année", explique le site du Nouvel Obs.

Quelles sont les conséquences ?

"Cette souche dans le vaccin n'était pas totalement inefficace, mais elle est devenue moins immunogène", décrypte le Pr Bruno Lina, directeur du Centre national de référence de la grippe. Par chance, ce sont les virus A H1N1 et B H1N1 qui ont le plus fortement circulé en France, alors que la souche altérée était celle du virus A H3N2, qui a surtout sévi aux Etats-Unis. 

"Cela pourrait avoir un impact en termes d’excès de mortalité observé au cours de l’épidémie de grippe, souligne néanmoins le Pr Bruno Lina. Si c'est le cas, on pourra faire un lien de causalité entre un vaccin moins utilisé, un petit peu moins efficace et une épidémie de grippe plus importante qu'attendue." 

Le Nouvel Observateur affirme cependant que "les scientifiques ont complètement analysé ce qui s'est passé, et qu'ils ont déjà fait le nécessaire pour que cela n'arrive plus".