REPLAY. Climat : "Je suis très alarmée d'entendre que le Giec est idéologique, que c'est un lobby", s'inquiète la journaliste Paloma Moritz

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Selon la journaliste du média "Blast", "pendant des années, il y a quand même eu énormément d'énergie, d'argent qui ont été mis dans le fait de fabriquer le doute sur la réalité du changement climatique." Paloma Moritz était l'invité du Talk franceinfo.

"Le fait qu'on considère que parler de l'écologie, c'est du militantisme, c'est comme si on portait les séquelles de ce qu'ont fait les lobbys des industries fossiles pendant des années", a estimé Paloma Moritz, journaliste chez Blast, invitée du Talk franceinfo sur Twitch, lundi 21 novembre. Selon la journaliste, "pendant des années, il y a quand même eu énormément d'énergie, d'argent qui ont été mis dans le fait de fabriquer le doute sur la réalité du changement climatique. Et moi, je suis très alarmée de voir qu'encore aujourd'hui sur Twitter, moi, je suis souvent interpellée en disant que je dis n'importe quoi, que le Giec est idéologique, que c'est un lobby, etc."

"Il y a un certain déni sur la réalité de l'urgence en France. Il y a encore à peu près quatre Français sur dix qui doutent des origines humaines du réchauffement climatique."

Paloma Moritz, journaliste chez Blast

à franceinfo

En septembre 2022, à l'initiative de plusieurs dizaines de journalistes francophones de différents médias, une charte "pour un journalisme à la hauteur de l'urgence écologique" avait été officiellement lancée. Elle appelait notamment le développement de "meilleures pratiques pour améliorer le traitement de tous les sujets liés au climat, au vivant et à la justice sociale". Cependant, le traitement journalistiques des questions environnementales n'est pas une nouveauté et les journalistes spécialisés sur le sujet ne voient pas nécessairement dans ce "tournant vert", une révolution.

"Je pense que la raison pour laquelle beaucoup de personnes encore aujourd'hui ont envie de ne pas y croire, poursuit Paloma Moritz, de discréditer les personnes qui alertent sur ce sujet, c'est parce qu'elles ont elles-mêmes peur et qu'elles n'ont pas envie de changer de vision du monde. Je peux le comprendre, mais la façon de faire face à sa peur, c'est de l'affronter."

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.