Electroménager : un nouveau classement mis en place le 1er mars pour aider les consommateurs à choisir des appareils moins énergivores

Cette classification se veut plus ambitieuse, assure l'Ademe, qui indique que la nouvelle classe A, "très exigeante, ne correspond à aucun produit existant sur le marché actuellement". 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des réfrigérateurs dans un magasin d'électroménager à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), le 7 mars 2010.  (J-C.&D. PRATT / PHOTONONSTOP / AFP)

Simplifier pour mieux consommer. A partir du 1er mars, les étiquettes faisant mention de la consommation en énergie de quatre catégories de produits électroménagers afficheront un classement allant de A à G, A s'appliquant aux appareils les moins énergivores, a annoncé l'Ademe mardi 16 février, dans un communiqué. Les produits concernés sont les réfrigérateurs/congélateur/caves à vin, les lave-linge, les lave-vaisselle, ainsi que les téléviseurs/écrans. 

Jusqu'alors, l'échelle de notation attribuait une note allant de A+++ à D. "Depuis la création de l'étiquette énergie en 1995, de multiples modifications de classes ont eu lieu pour s'adapter à l'amélioration de la performance des produits. Ces changements, notamment l'ajout des classes A+ à A+++, ont rendu l'étiquette énergie moins claire pour les consommateurs", écrit l'Ademe, pour qui ce changement de classification a vocation à "aider les consommateurs à acheter responsable et à se diriger vers des produits économes en énergie."

Par ailleurs, la nouvelle classe A, "très exigeante, ne correspond à aucun produit existant sur le marché actuellement", se félicite l'agence, concédant que les deux systèmes de notation pourraient cohabiter le temps que s'opère la transition. "Des critères supplémentaires sur la réparabilité ou la recyclabilité des produits seront progressivement ajoutés dans la notation."

Une économie de 150 euros par an par foyer 

Mieux informés sur la consommation énergétique de ces appareils, "les ménages européens pourraient ainsi économiser en moyenne 150 euros par an, selon la Commission européenne", poursuit l'Ademe. "D'ici à 2030, 38 TWh/an pourraient ainsi être évités, soit la consommation d'électricité annuelle de la Hongrie."

L'agence indique par ailleurs que "cette nouvelle version intégrera un 'QR code' permettant d'accéder à une base de données électronique des produits" : soit des "informations complémentaires officielles (à caractère non commercial) renseignées par les fabricants directement." 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.