Pop-it, le jouet phénomène boosté par les réseaux sociaux

Ces derniers mois, ce jouet simplissime, avec des bulles à faire claquer, connaît un succès fou dans les cours de récréation. Simple mode poussée par l'application Tik Tok ou tendance durable, les professionnels hésitent.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Dans ce magasin JouéClub, à Paris, les "pop it" peuvent être très demandés. (SOPHIE AUVIGNE / RADIO FRANCE)

Il s'appelle "pop-it", "push pop", "go pop" ou encore "bubble pop". C'est le jeu qui s'arrache en ce moment chez les enfants. Il s'agit d'un petit objet, simplissime, en plastique, avec des bulles à faire claquer. Un phénomène de ventes porté par les réseaux sociaux. Sur l'application Tik Tok, le hashtag #popit a dépassé les cinq milliards de vues à travers le monde. 

S'il est très populaire chez les jeunes, nombre de parents avouent leur ignorance. La fille d'Agnès, en CP, lui a demandé de lui en acheter un. "Je ne savais pas du tout de quoi elle me parlait", dit-elle. "On n'a pas compris ce dont il s'agissait. Et puis, après, elle nous a expliqué que c'était un espèce de jeu en plastique sur lequel on appuie. Et elle nous a dit que ça la déstressait."

En avoir un, comme tous les copains

Devant le rayon pop-it d'un magasin de jouets, Sam explique à son papa pourquoi il lui en faut un, pour quelques euros. "Je vais lui dire que tous mes copains en ont déjà", explique-t-il. "C'est assez populaire, c'est un peu nouveau. Et j'aime bien être en commun avec les autres."

C'est donc la définition même d'un phénomène de mode. Pas simple à anticiper pour Gino Boccara, directeur du village JouéClub, à Paris. "On le voit pas arriver tout de suite", raconte-t-il. "Sur un samedi de rush, par exemple, plusieurs fois dans la journée, les clients nous demandent : 'Est-ce que vous avez des pop-it ? Est-ce que vous avez des go pop ?'"

"C'est le phénomène du moment ! Aujourd'hui, il faut l'avoir. Dans deux mois, il sera peut-être trop tard."

Gino Boccara, directeur du village JouéClub à Paris

franceinfo

Relaxant, comme du papier bulles

En quelques semaines, il s'en est vendu 40 000 chez King Jouet. Mais ça ne durera pas, selon Elodie Gouisset, directrice des achats. "C'est un produit vraiment d'impulsion", estime-t-elle. "Tout l'enjeu, c'est de se demander si ce jouet va passer les vacances d'été. Donc il ne faut pas trop approvisionner si derrière le phénomène s'arrête. Et en même temps, il faut satisfaire nos clients. Chaque vendeur de jouets a envie de trouver un petit peu la pépite. Il ne faut pas rater le phénomène."

Ce n'est pas seulement une mode pour Véronique Veillith d'Aubarède, psychomotricienne et consultante chez JouéClub. "Nous, les thérapeutes, nous sommes fans de ce type de matériel, assure-t-elle. C'est comme du papier à bulles. C'est un jouet qui se met dans une poche. Dès qu'un enfant doit attendre, ça peut devenir extrêmement problématique, voire certains adultes aussi. On connaît tous quelqu'un qui a besoin tout le temps de bouger sa jambe. Ce genre de jeu va sécréter de la dopamine, une hormone du bien-être. Du coup, ça va permettre de se calmer."

"Il ne faut pas rater le phénomène" pop-it, ce jouet qui fait fureur - Reportage de Sophie Auvigne
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Enfants ados

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.