Ebola : l'épidémie est "hors de contrôle", selon MSF

Guinée, Liberia, Sierra Leone : l'épidémie de fièvre hémorragique a fait plus de 670 victimes en Afrique de l'Ouest. Dont, hier, le médecin à la tête de la lutte contre Ebola en Sierra Leone. Ebola risque de toucher d'autres pays, avertit Médecins sans frontières.

(Une équipe médicale de MSF à Kailahun, dans l'est de la Sierra Leone © REUTERS/Tommy Trenchard)

Incontrôlable, hors de contrôle, Ebola risque de toucher d'autres pays. C'est le directeur des opérations de Médecins sans frontières qui sonne l'alarme cette fois, après l'OMS fin juin. A l'époque, on en était à 400 morts ; aujourd'hui, plus de 670 personnes en sont mortes, sur 1.200 cas déclarés...

Une épidémie sans précédent, disait déjà MSF en avril. Hors de contrôle, dit l'ONG aujourd'hui. "Cette épidémie est sans précédent, absolument pas sous contrôle" , avertit donc Bart Janssens, et "ne fait qu'empirer, puisqu'elle s'étend encore, surtout au Liberia et en Sierra Leone, avec des foyers très importants" . Inquiet, il ajoute : "Si la situation ne s'améliore pas rapidement, il y a un réel risque de voir de nouveaux pays touchés" .

Les médecins eux aussi touchés

Preuve de la propagation du virus, le médecin virologue à la tête de la lutte contre Ebola en Sierra Leone, Sheik Umar Khan, est mort du virus hier. "C'est une perte énorme et irréparable pour la Sierra Leone puisqu'il était le seul spécialiste en fièvres hémorragiques virales du pays" , précise Brima Kargbo, le chef des services de santé. 

 

Géraldine Bégué, une infirmière de MSF, a soigné Sheik Umar Khan. Elle revient sur les normes de sécurité.
--'--
--'--

Un médecin américain, Kent Brantly, qui soignait des patients au Liberia avec l'ONG Samaritan's Purse, a lui aussi été touché. "Il est faible et vraiment malade" , dit un ami médecin. Ceux de Monrovia parlent, eux, d'un état stable.

L'épidémie a également conduit la compagnie aérienne panafricaine Asky à interrompre ses liaisons avec le Liberia et la Sierra Leone. L'Organisation.de l'aviation civile internationale et l'OMS doivent se réunir d'urgence. Plus anecdotique, la Fédération libérienne de football a suspendu ses activités à travers le pays, pour tenter de réduire les risques de propagation de l'épidémie.

Le virus Ebola se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ou d'animaux infectés. La fièvre qu'il provoque se manifeste par des hémorragies, des vomissements et des diarrhées. Il n'existe pas de vaccin ; son taux de mortalité peut aller de 25 à 90% chez l'homme.