Cet article date de plus de six ans.

Les adolescents parisiens fument de moins en moins, mais...

L'arrivée des cigarettes électroniques a modifié la consommation des plus jeunes, révèle une étude dévoilée par "Le Parisien", vendredi 16 mai.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une affichette rappelant l'interdiction de vente de tabac aux mineurs de moins de 18 ans dans un bureau de tabac à Paris, le 23 juillet 2010. (AURORE MARECHAL / AFP)

Les adolescents fument de mois en moins, à en croire une étude révélée par Le Parisien (article payant), vendredi 16 mai. En 2011, 42,9% des lycéens consommaient des cigarettes. Ils ne sont plus que 33,5% en 2014, explique l'enquête annuelle de Paris sans tabac, réalisée auprès de 13 000 collégiens et lycéens de la capitale.

Cette tendance à la baisse représente "une vraie surprise" pour le professeur Bertrand Dautzenberg. Interrogé par le quotidien, l'auteur de l'étude note des changements de comportement. 

"L'augmentation des prix a pu jouer, tout comme la débanalisation du tabagisme", commente Bertrand Dautzenberg. Le prix du tabac a encore augmenté de 20 centimes au mois de janvier denier. Ainsi le paquet de Marlboro, qui reste la marque la plus vendue en France, coûte désormais 7 euros.

... ils utilisent de plus en plus des cigarettes électroniques

Pour l'auteur de l'étude, c'est surtout l'arrivée de la cigarette électronique qui explique la baisse de fumeurs précoces. Depuis 2010, la part des lycéens utilisant une cigarette électronique progresse chaque année. Alors qu'il n'y avait aucun fumeur de e-cigarette en 2011, ils sont désormais 11,2% des lycéens à vapoter.

L'auteur de l'étude estime que "le tabac est devenu un produit sale et ringard", avec l'apparition de la cigarette électronique, qui a le vent en poupe jusque dans les établissements scolaires. Plus de la moitié des 16-17 ans ont déjà essayé une vapoteuse, même si peu l'utilisent régulièrement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.