Entre 40 et 60 ans, les femmes françaises meurent de plus en plus de maladies liées au tabac

Alors que le nombre de fumeurs baisse de manière générale, ce n'est pas le cas chez les femmes âgées de 40 à 60 ans. Les décès liés à la cigarette sont en forte hausse dans cette catégorie de la population.

La Nouvelle-Calédonie, le pays francophone où il y a le plus de fumeurs, 48% de la population, le double de la métropole, dont la moitié de femmes. (Illustration)
La Nouvelle-Calédonie, le pays francophone où il y a le plus de fumeurs, 48% de la population, le double de la métropole, dont la moitié de femmes. (Illustration) (MAXPPP)

"La situation est très préoccupante", estime Santé publique France. Selon l'agence sanitaire, le nombre de femmes mortes à cause du tabac a doublé en 14 ans en France. Les femmes ont vraiment commencé à fumer dans les années 70 et aujourd'hui, alors que le nombre de fumeurs baisse de façon importante - un million de fumeurs en moins entre 2016 et 2017 - ce n'est pas le cas des quadragénaires et quinquagénaires françaises.

Le cancer du poumon en très forte hausse

Aujourd'hui en France, un tiers des femmes âgées de 45 à 54 ans fume, c'est la seule catégorie qui ne baisse pas ces dernières années. Résultat, en 13 ans, le cancer du poumon a augmenté de 72% chez les femmes. "La mortalité par cancer lié au tabac chez la femme risque de dépasser le nombre de décès par cancer du sein, alors que le cancer du sein est de loin le plus fréquent chez la femme", explique la ministre de la Santé Agnès BuzynCe n'est pas tout : les cas de BPCO, de bronchopneumopathie ont doublé chez les femmes, et ceux d'infarctus avant 65 ans ont augmenté de moitié.

Ces chiffres nous inquiètent.Agnès Buzyn, ministre de la Santéà franceinfo

Alors pourquoi, à l'inverse du reste de la population, ces femmes, quadragénaires, quinquagénaires, ne parviennent-elles pas à arrêter de fumer ? "La crainte des femmes est de prendre du poids et la crainte de l'échec. Elles pensent que ce n'est pas possible. Donc tout le travail préliminaire est d'enlever toutes les craintes, de donner toutes les stratégies et d'arriver à leur donner envie", décrypte le docteur Anne Borgne, addictologue et tabacologue.

Les tabacologues conseillent d'essayer d'arrêter la cigarette à partir de jeudi 1er novembre, ce sera le mois sans tabac. L'opération permet notamment d'avoir accès à des conseils de tabacologues.