La cigarette électronique risque d'être interdite dans les lieux publics

La ministre de la Santé Marisol Touraine souhaite appliquer à l'e-cigarette les mêmes restrictions qu'à la cigarette traditionnelle. 

Près de 500 000 Français seraient désormais convertis à la cigarette électronique.
Près de 500 000 Français seraient désormais convertis à la cigarette électronique. (MARTINA PARANINFI / FLICKR RF / GETTY IMAGES)

A l'occasion de la journée de la lutte contre le tabac, la ministre de la santé s'attaque au "vapotage" et opte pour la prudence. Marisol Touraine souhaite l'interdiction de la cigarette électronique dans les lieux publics, a-t-elle déclaré vendredi 31 mai à l'antenne de France Info

Le gouvernement, qui a reçu mardi un rapport sur les effets de ce dispositif sur la santé, avait déjà évoqué l'encadrement de l'utilisation de ces cigarettes d'un genre nouveau, au nom du principe de précaution. Rejetant le terme "vapoter", elle a insisté : "il faut bien dire que c'est fumer une cigarette électronique." 

Un plan anti-tabac

La e-cigarette "peut être un bon instrument" pour aider à arrêter de fumer, a reconnu la ministre. "Mais pour ceux qui ne fument pas, ça peut être la manière de commencer à le faire", a poursuivi Marisol Touraine. Selon elle, "nous devons [donc] appliquer à la cigarette électronique les mêmes mesures que celles qui sont appliquées pour le tabac".

Concrètement, il faut "faire en sorte qu'elle ne puisse pas être fumée (...) dans un lieu public, que sa vente soit interdite aux mineurs de moins de 18 ans et qu'il n'y ait pas de possibilité de faire de la publicité pour la cigarette électronique", a-t-elle détaillé. Selon les industriels, 500 000 Français se seraient déjà tournés vers ce dispositif, qui est "tout sauf anodin"

La ministre souhaite surtout "lancer un plan anti-tabac", sur le modèle des campagnes en faveur de la sécurité routière. Parmi ses cibles : les femmes, enceintes ou non, et les jeunes. Un logo accolé aux paquets de cigarette devrait bientôt "rappeler que le geste de fumer [pendant sa grossesse] est tout sauf anodin pour leur futur bébé". Concernant les jeunes, Marisol Touraine souhaite développer l'"aide au sevrage tabagique". Des mesures qui seront proposées "dans le prochain projet de loi de financement de la sécurité sociale".