Le marché de la cigarette électronique s'essouffle

Quatre ans après son apparition, le phénomène de la cigarette électronique arrive à ses limites et les vendeurs sont nombreux à devoir cesser leur activité.

France 2

Les enseignes disparaissent presque aussi vite qu'elles sont apparues. Les vendeurs de cigarettes électroniques voient le marché stagner. Si l'objet était tendance à ses débuts en 2010, attirant pas moins de 10 millions de Français, il a déçu une partie du public, alors même que les boutiques pullulaient.La cause ? Beaucoup n'y ont pas trouvé un moyen de compenser l'usage de la cigarette classique, plus forte en goût.

Les recharges disponibles dans les bureaux de tabac

Aujourd'hui, on estime à trois millions le nombre de vapoteurs disponibles. Le produit est donc bien implanté mais les commerçants voient leur chiffre d'affaires baisser. "On a eu une baisse des nouveaux accédents, exprime ce vendeur, parce que l'investissement au départ peut faire un peu peur. C'est le prix d'une cartouche de cigarettes en gros."

De 2 500 en 2014, le nombre de magasins en France est passé à 2 000 cette année, à cause d'une trop forte concurrence, et notamment celle des bureaux de tabac, qui vendent désormais des recharges et ont ainsi récupéré 20% du marché de la cigarette électronique.

Le JT
Les autres sujets du JT
La cigarette électronique pourrait être plus nocive pour la santé que la cigarette traditionnelle, selon une étude américaine publiée le 21 janvier 2015.
La cigarette électronique pourrait être plus nocive pour la santé que la cigarette traditionnelle, selon une étude américaine publiée le 21 janvier 2015. (MARTINA PARANINFI / FLICKR RF / GETTY IMAGES)