Couvre-feu avancé à 18 heures : les Français entre scepticisme et inquiétude

À compter de samedi 16 janvier, le couvre-feu débutera à 18 heures dans toute la France. Une décision gouvernementale qui ne fait pas l'unanimité, tant dans la classe politique qu'au sein de la population.

Comme pressenti, Jean Castex a annoncé, jeudi 14 janvier, l'avancement du couvre-feu à 18 heures sur l'ensemble du territoire français. Cette mesure, qui entrera en vigueur samedi 16 janvier, est loin de susciter une approbation pleine et entière. Notamment de la part des usagers des transports en commun, qui craignent de devoir composer avec une affluence encore plus importante que d'habitude. "Ainsi, en région parisienne, tous les salariés utilisant les transports en commun se retrouveront avant 18 heures encore plus nombreux et serrés dans les métros, tramways, RER et bus. Est-ce vraiment la bonne solution ? J'en doute sérieusement," a écrit sur Twitter Brigitte Kuster, députée (Les Républicains) de Paris.

"Grossière erreur"

Cet avancement du couvre-feu est aussi une mauvaise nouvelle pour les restaurateurs, qui s'en remettaient à la vente à emporter le soir pour limiter leurs pertes. Les Français risquent quant à eux de se précipiter dans les magasins le samedi matin afin d'y faire leurs courses, c'est pourquoi Gilles Platret (LR) parle de "grossière erreur" de la part de l'exécutif. "On ne pourra plus prendre l'apéritif avec des amis, qu'est-ce que l'on va pouvoir faire désormais ?", s'interroge pour sa part un passant parisien. Enfin, certains étudiants ont également exprimé leur lassitude sur les réseaux sociaux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Christophe Carnino.
Christophe Carnino. (Capture d'écran franceinfo)