Eure : une enquête ouverte après la multiplication de cancers infantiles

À une vingtaine de kilomètres de Rouen (Seine-Maritime), le nombre élevé d'enfants victimes de cancers inquiète. Une dizaine de cas a été recensée dans l'Eure. Santé publique France a décidé de lancer une étude épidémiologique.

FRANCE 3

Ils sont venus à Igoville (Eure) pour trouver le calme, la nature, le bon air. Quand leur enfant a déclaré un cancer, leur regard sur cet environnement a changé. Charlène a découvert la maladie de sa fille par hasard, à la suite d'une prise de sang. D'abord, elle s'interroge sur elle-même, questionne son mode de vie. "On se demande si ça vient de nous. Est-ce qu'on a bien fait les choses ? Est-ce que c'est héréditaire ? En tant que parent, on s'interroge", explique la mère de famille.

Dix enfants atteints dans la même zone géographique

Charlène rencontre d'autres mères d'enfants malades lorsqu'elle emmène sa fille dans le service d'oncologie pédiatrique du CHU de Rouen (Seine-Maritime). Elle découvre avec stupéfaction que nombre d'entre elles habitent des communes voisines à la sienne. "On commence à poser des questions aux autres parents, au personnel soignant, et, de fil en aiguille, on en arrive à huit enfants. Aujourd'hui, il y a dix enfants atteints de cancer sur le même secteur", déplore la mère de famille. Tous ces cancers ont en commun un dysfonctionnement du sang ou du système immunitaire. Ils touchent depuis un an des enfants de 5 à 11 ans qui vivent ou sont gardés sur les communes d'Igoville (Eure), Pont-de-l'Arche (Eure) et Gouy (Seine-Maritime).

Le JT
Les autres sujets du JT
Une mère et sa fille atteinte de cancer dans un hôpital de Moscou (Russie), en novembre 2011. 
Une mère et sa fille atteinte de cancer dans un hôpital de Moscou (Russie), en novembre 2011.  (NATALIA KOLESNIKOVA / AFP)