Cancers pédiatriques à Sainte-Pazanne : les parents demandent des réponses

La réunion publique avec les autorités de santé qui s'est tenue lundi 25 novembre à Sainte-Pazanne, en Loire-Atlantique, n'a pas apaisé les parents dont les enfants sont atteints de cancers.

France 3

La petite fille d'un homme est l'une des treize jeunes victimes de cancer de Sainte-Pazanne (Loire-Atlantique). Lundi 25 novembre, face à la colère des parents, les autorités sanitaires sont impuissantes. Elles confirment qu'elles ne savent pas pourquoi autant de cancers frappent les enfants des environs. Les autorités tentent de rassurer, en vain. Les familles s'interrogent notamment sur les épandages de pesticides dans les champs voisins.

Des investigations mises en avant

L'agence régionale de santé met en avant ses six mois d'enquête et les trente mille données recueillies. "On a fait des investigations sur le lotissement qui est sur l'ancien site industriel, aussi sur l'eau, sur l'air, sur les champs électromagnétiques. À l'heure actuelle, on a rien qui dépasse les valeurs de référence", rapporte Nicolas Durand, directeur adjoint de l'agence régionale de santé Pays de la Loire. L'ARS poursuivra la surveillance épidémiologique. Mais pas de quoi apaiser la colère des familles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une unité pédiatrique d\'un hôpital de Haute-Savoie, le 21 novembre 2016. 
Une unité pédiatrique d'un hôpital de Haute-Savoie, le 21 novembre 2016.  (AMELIE-BENOIST / BSIP / AFP)