Zéro déchet : Brune Poirson convoque des plateformes de restauration à emporter, des entreprises de recyclage et du réemploi et l'association Zero Waste

La secrétaire d'État attend des propositions des acteurs du secteur d'ici cet automne. À partir du 1er janvier 2022, les couverts utilisés pour la livraison de repas devront être réemployables.

La secrétaire d\'État à la Transition écologique Brune Poirson , le 12 février 2020.
La secrétaire d'État à la Transition écologique Brune Poirson , le 12 février 2020. (ALAIN JOCARD / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La secrétaire d'État à la Transition écologique Brune Poirson convoque mercredi 1er juillet une dizaine de plateformes de restauration à emporter telles que Deliveroo, Ubereats, Frichti et Sushishop, ainsi que l'association Zero Waste et des entreprises de recyclage et du réemploi pour leur demander comment ils comptent parvenir au zéro déchet, a appris franceinfo de source proche.

La secrétaire d'État attend des propositions des acteurs du secteur d'ici cet automne, alors que beaucoup des plastiques utilisés par la restauration à emporter - comme les plateaux noirs utilisés pour la livraison des sushis - ne sont pas recyclables. La loi anti-gaspillage prévoit qu'à partir du 1er janvier 2022, les gobelets, couverts, assiettes et récipients utilisés pour la livraison de repas soient réemployables et qu'ils fassent l'objet d'une collecte.

13 milliards de déchets d'emballages en 2013

En 2018, 200 millions de repas à emporter ont été commandés sur les plateformes de restauration. Pendant le confinement, Deliveroo estime que 2 000 restaurateurs se sont connectés sur sa plateforme pour vendre des repas, mais en même temps la moitié de ses clients précédents n'a pas travaillé.

Par ailleurs, selon l'entreprise spécialisée dans le recyclage des emballages ménagers Citéo, la restauration rapide, à consommer sur place, et la vente à emporter cumulées ont généré 13 milliards de déchets d'emballages recyclables ou non en une seule année, en 2013.