Cet article date de plus de deux ans.

Salmonelles dans des laits infantiles : "Quand on voit son bébé se tordre de douleur, c'est invivable", témoigne une mère de famille

Alors que le groupe a organisé le rappel de plus de 1340 lots produits dans son usine de Craon, en Mayenne, les annonces de plaintes contre Lactalis se multiplient, à l'image de Ségolène Noviant, une Toulousaine de 29 ans, dont le nourrisson de 5 mois a dû être hospitalisé.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une usine Celia du groupe Lactalis à Craon (Mayenne), le 4 décembre 2017. (DAMIEN MEYER / AFP)

Les annonces de plaintes contre Lactalis se multiplient, alors que le groupe a organisé le rappel de tous les produits conditionnés ou fabriqués depuis le 15 février dernier dans l'usine de Craon, en Mayenne. Parmi les plaignantes : Ségolène Noviant, une Toulousaine de 29 ans, dont le nourrisson de 5 mois sort tout juste de l'hôpital.

"Il a eu quatre jours et demi d'hospitalisation et a perdu 1,6 kg"

Ségolène Noviant explique que le 5 décembre dernier, son bébé a été pris de fièvre et de diarrhée. Cette mère de famille fait rapidement le lien avec l'alerte sur les laits infantiles, bien que la boîte qu'elle utilise ne fasse pas partie des premiers lots retirés.

Direction l'hôpital où le nourrisson "s'est mis carrément à avoir des hémorragies rectales", témoigne-t-elle mardi sur franceinfo. "Il a eu quatre jours et demi d'hospitalisation et il a perdu 1,6 kg." L'hôpital est formel : il s'agit bien d'une contamination par des salmonelles.

Ségolène Noviant se dit "très en colère" : "Quand on se voit impuissant, qu'on voit son bébé se tordre de douleur, saigner, c'est invivable, je ne le souhaite à personne." "Je vais porter plainte", annonce-t-elle. La pharmacienne qui lui a vendu le lait incriminé compte, elle aussi, attaquer Lactalis en justice.

D'autres familles ont vivement réagi à cette affaire des laits infantiles. Comme le révélait France Bleu Mayenne lundi, un père de famille, Quentin Guillemain, a décidé de monter un collectif de victimes pour tenter de lancer une action de groupe contre le groupe laitier mayennais. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.