Moins de viande rouge, plus de lentilles... Les quatre conseils de l'Agence de sécurité sanitaire pour être bien dans son assiette

L'Anses a déterminé, par un algorithme, quel régime alimentaire couvrirait les besoins nutritionnels de la quasi-totalité de la population. Et a ainsi déterminé plusieurs recommandations pour garnir son assiette.

L\'Anses recommande de manger du poisson deux fois par semaine et plus de légumineuses, comme les lentilles et les haricots blancs.
L'Anses recommande de manger du poisson deux fois par semaine et plus de légumineuses, comme les lentilles et les haricots blancs. (NEILSON BARNARD / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Se ruer sur les lentilles, mais freiner sur la charcuterie. C'est ce que conseille l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses(PDF) pour être en meilleure santé. L'agence a publié, mardi 24 janvier, un nouvel avis sur les menus à adopter au quotidien.

Pour mettre à jour ses données, l'Anses a déterminé, par un algorithme, quel régime alimentaire couvrirait les besoins nutritionnels de 97,5% de la population adulte, tout en prévenant les maladies chroniques (diabète, certains cancers, obésité, maladies cardiovasculaires, etc.) et en limitant l'exposition à 89 substances chimiques et 9 polluants organiques persistants. Elle a ensuite comparé cette alimentation "idéale" avec l'assiette des Français pour formuler ses recommandations.

Franceinfo fait le point sur ces nouveaux conseils. 

1Moins de viande rouge et de charcuterie

Par rapport à ses anciennes recommandations, l'Anses conseille de réduire "considérablement" la consommation de viande rouge. Elle ne doit pas excéder 70 g par jour et 500 g par semaine. Cette restriction ne concerne pas la volaille, mais bien le veau et le porc. En compensation, il est recommandé de manger du poisson "deux fois par semaine".

Idem avec la charcuterie. L'Anses appelle à en réduire la consommation, à 25 g par jour maximum. La moitié de la population dépasse aujourd'hui cette quantité, et 5% d'"accros" consomme plus de 66 g de charcuterie par jour.

"Le risque de maladie chronique progresse de 10% à 20% pour chaque augmentation d'apport quotidien de 100 g de viande (hors volaille) et même de 50% pour une augmentation de 50 g/jour de viandes transformées, dont la charcuterie", relève Le Monde.

2Pas plus d'un verre de soda au cours d'une journée

Même tour de vis pour le sucre. Il était déjà conseillé de ne consommer des produits sucrés que "de temps en temps et en quantité raisonnable". L'Anses recommande désormais de limiter la prise de boissons sucrées à moins d'un verre par jour. "Chaque verre de boisson sucrée (soda, jus de fruits, nectar…) supplémentaire par jour est associé à une prise de poids de 200 g par an", indique l'un des avis de l'Anses. 

Auparavant classés dans la catégorie des fruits, les jus de fruits industriels entrent désormais dans les boissons sucrées. L'eau (du robinet, de source et les eaux minérales), seule boisson indispensable, est, du coup, distinguée du groupe des boissons et constitue un groupe à elle seule. 

3Toujours cinq fruits et légumes par jour

Au passage, plus question de compter le jus d'orange du matin dans les cinq portions quotidiennes de fruits et légumes : moins riches en fibres et en vitamines, les jus de fruits, même pur jus, sont inclus dans les boissons sucrées. L'Anses encourage aussi à privilégier davantage les légumes aux fruits.

Pour le reste, le message formulé en 2002 reste le même : il faut consommer au moins cinq fruits et légumes par jour. Toutefois, après ces recommandations, Santé publique France va élaborer d'autres messages déclinés sur le site Mangerbouger.fr.

4Privilégier les lentilles et autres légumineuses

Et de manière générale, les légumineuses. C'est une des nouveautés des recommandations de l'Anses. Auparavant, les légumineuses étaient classées avec les féculents. Mais, "du fait de leur richesse en protéines et en fibres", l'Anses a préféré en faire un groupe à part entière.

"La consommation moyenne actuelle de légumineuses est insuffisante et devrait être considérablement augmentée. Elle devrait être pluri-hebdomadaire", insiste l'agence. Intégrez donc dans vos menus les lentilles, les pois chiches, les haricots rouges, mais aussi les fèves.