Loire-Atlantique : les Restos du cœur cambriolés deux fois depuis début juillet

Le centre de distribution d'Orvault a été cambriolé au début du mois de juillet et celui de Couëron l'a été le 22 juillet.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Couëron (Loire-Atlantique). (CAPTURE D'ECRAN GOOGLE MAPS)

Deux centres de distribution des Restos du cœur ont été cambriolés ces dernières semaines à Orvault et à Couëron, indique mardi 27 juillet France Bleu Loire Océan. "On a 2 000 bénévoles sur le département qui se mobilisent toute l'année pour essayer de récupérer le maximum de choses pendant les collectes, et, en même temps, on a des gens qui nous sapent le travail par derrière", s'indigne sur France Bleu le responsable départemental des Restos du cœur, Jean-Michel Griffon.

Celui d'Orvault a été cambriolé au début du mois de juillet puis le 22 juillet dernier, c'est le centre de distribution de Couëron qui a été cambriolé. De la nourriture et des produits pour bébés y ont été dérobés, alors qu'au début du mois de juillet, c'est le centre d'Orvault qui avait lui-aussi été cambriolé et même dégradé. 300 kilos de marchandises pour bébés y avaient été volés, dont des couches, des biberons, des poussettes, ou encore du lait. Les murs et le sol avaient eux été recouverts d'excréments, et des meubles ainsi que des jouets avait été cassés.

La grande collecte d'octobre permettra peut-être de compenser les vols

"Alors qu'ils volent des marchandises... mais qu'en plus ils dégradent les locaux, qu'ils cassent les portes, qu'ils laissent les frigos ouverts, ce qui nous oblige à jeter la marchandise, c'est ça qui est le plus démoralisant !", déplore Jean-Michel Griffon. Les Restos du coeur espèrent maintenant pouvoir compenser ces vols lors de la grande collecte du mois d'octobre qui doit permettre de récupérer de quoi assurer les distributions de tout l'hiver.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.